Affaire de Villiers : le fils maudit

le
1
Si la justice française accepte le pourvoi de Laurent de Villiers, il reviendrait alors à une nouvelle chambre de l'instruction de se prononcer une nouvelle fois sur le renvoi de son frère devant la justice.
Si la justice française accepte le pourvoi de Laurent de Villiers, il reviendrait alors à une nouvelle chambre de l'instruction de se prononcer une nouvelle fois sur le renvoi de son frère devant la justice.

"On ne touche pas au sang, surtout chez les aristocrates." Laurent de Villiers le dit avec amertume, lui qui a brisé ce "tabou" en déposant une plainte pour viol contre son frère aîné Guillaume. C'était il y a sept ans devant la brigade des mineurs de Paris, où il a débarqué avec dans les mains un mail de son frère disant : "Ce que tu as subi par moi est grave." Mardi, c'était encore cette longue missive qui alimentait les débats devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, qui examinait le nouveau pourvoi de Laurent contre le non-lieu dont a bénéficié son frère en octobre 2012. L'un des derniers recours pour le plus jeune fils de l'homme politique Philippe de Villiers.Clôture définitive du dossier ou énième rebondissement, la Cour de cassation s'est donné mardi jusqu'au 11 mars pour statuer sur ce nouveau pourvoi de Laurent de Villiers. En préconisant le rejet du pourvoi, l'avocat général Xavier Salvat a prôné de mettre un terme à cette affaire qui oppose deux fils du député européen Philippe de Villiers. Mais la Cour de cassation, qui ne juge pas du fond du dossier mais de l'application de la loi par les précédents juges, n'est pas tenue de suivre l'avis du magistrat.Les faits remontent à l'enfance, dans la maison familiale des Herbiers, en Vendée. Dans Tais-toi et pardonne*, Laurent raconte ses dix ans et les samedis après-midi passés dans la chambre de Guillaume. "Nous entrons dans la chambre, il est doux, me dit...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le jeudi 30 jan 2014 à 16:10

    MDR - décidemment tous ces politiciens peuvent venir nous donner des leçons de morale après ça....Minable !!!