Affaire de la NSA : les Européens espionnent aussi à grande échelle

le
0
Affaire de la NSA : les Européens espionnent aussi à grande échelle
Affaire de la NSA : les Européens espionnent aussi à grande échelle

Les Etats-Unis ne seraient pas le seuls à espionner à grande échelle. Les services de renseignement allemand, français, espagnol et suédois ont mis au point des systèmes de surveillance de masse des communications téléphoniques et internet, en «collaboration étroite» avec l'agence britannique GCHQ, a révélé samedi le journal The Guardian. Le développement de ces systèmes remonte aux cinq dernières années, selon le quotidien britannique, qui se fonde sur des documents obtenus par l'ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden, aujourd'hui réfugié en Russie.

Ces révélations interviennent alors que l'Europe et l'Asie sont en pleine polémique avec les Etats-Unis sur la collecte massive de données par Washington, et qu'Edward Snowden a mis en évidence l'étroite collaboration entre le GCHQ et son homologue américain, l'Agence de sécurité nationale (NSA).

Les services secrets allemand et français très performants

Dans un rapport du GCHQ sur ses partenaires européens datant de 2008 et cité samedi par The Guardian, la France est bien notée. Il est précisé que la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) dispose «d'un avantage compte tenu de ses relations avec une société de télécommunications, qui n'est pas nommée».

L'agence britannique fait également part de «son admiration concernant les capacités techniques» des services allemands de renseignement extérieur (BND). Le BND a «un potentiel technologique énorme et un bon accès au coeur de l'internet - ils surveillent déjà des câbles de fibre optique de 40 gigabits et 100 gigabits» par seconde, affirme ce rapport. En 2012, le GCHQ n'était, lui, capable de surveiller que des câbles de 10 gigabits par seconde, précise le journal.

En ce qui concerne l'Espagne, le CNI procédait, au moins en 2008, à la surveillance de masse des télécommunications sur internet via une société britannique.Le GCHQ se félicite par ailleurs de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant