Affaire Copé : ouverture d'une enquête préliminaire sur les finances de l'UMP

le
1
Affaire Copé : ouverture d'une enquête préliminaire sur les finances de l'UMP
Affaire Copé : ouverture d'une enquête préliminaire sur les finances de l'UMP

Une enquête préliminaire a été ouverte le 5 mars dernier par le parquet de Paris sur des accusations de prestations surfacturées à l'UMP, a révélé «Le Monde» ce jeudi. Cette enquête vise «implicitement» le président de l'UMP Jean-François Copé et les marché obtenus par Event & Cie, filiale de la société de communication Bygmalion, pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012.

Selon «Le Monde», les investigations ont été confiées à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales. Elles visent à établir d'éventuelles infractions de «faux», «abus de biens sociaux» et «abus de confiance». Selon «Le Point», Events & Cie aurait empoché au moins 8 millions d'euros durant la campagne de 2012, pour l'organisation des meetings.

«On en est au stade des vérifications» sur ces accusations d'irrégularités de facturations, a confirmé une source judiciaire. De son côté, l'avocat de Jean-François Copé, Me Hervé Temime, s'est refusé à tout commentaire.

Le magazine «Le Point» avait reproché le 27 février à Jean-François Copé d'avoir puisé dans les caisses de son parti pour surfacturer des prestations de Bygmalion. Cette agence de communication avait été fondée par deux intimes de Jean-François Copé. On y retrouve Bastien Millot, qui fut son directeur de cabinet à Meaux (ville dont il est le maire) et Guy Alvès, son ancien chef de cabinet à Bercy, quand il était ministre du Budget (2004-2007). Jean-François Copé, comme Bygmalion, avait dénoncé des «accusations mensongères» et avait déposé une plainte en diffamation contre l'hebdomadaire.

L'UMP dit sa «sérénité», le PS fustige l'insincérité de Copé

Dans un communiqué, l'UMP souligne avoir appris l'ouverture d'une enquête «par la presse», dit l'accueillir «avec sérénité» et prend «acte du fait» que le ministre du Travail «était informé de l'ouverture de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4958114 le jeudi 13 mar 2014 à 12:58

    demain UMP s'appelleras UDR ( union des ripous )