Affaire Cesson-Montpellier : Et si la procédure était annulée ?

le
0

Et si l?affaire Cesson-Montpellier retombait comme un soufflé, après avoir fait les gros titres des journaux pendant des jours ? Le Point révèle ce lundi que les deux avocats de Mladen Bojinovic, actuel joueur du PSG et ancien montpelliérain, vont mener une requête en annulation de la mise en examen de leur client, auprès du juge d?instruction. Maîtres Luc Abratkiewicz et Isabelle Monsenego ont en effet découvert une faille dans les règlements de la Fédération et de la Ligue de handball, alors que les joueurs sont accusés d?escroquerie contre la Française des Jeux car ils avaient parié sur une défaite à la mi-temps de leur propre équipe.

Or, la loi du 1er février 2012 sur les paris ne concerne que les paris en ligne, et non les paris « en dur ». Et ce n?est pas sur Internet que les joueurs du MAHB (et leurs proches) ont parié, mais dans des bureaux de tabac, à Paris, Rennes et Montpellier. Ils l?ont reconnu pour la plupart. Par ailleurs, les avocats ont remarqué que le texte sur les paris n?a été rajouté dans le règlement de la Ligue que le 28 juin 2012, soit un mois et demi après le fameux match Cesson-Montpellier. « Si la chambre valide notre analyse, explique Luc Abratkiewicz au Point, alors les seuls risques encourus par les handballeurs ne sont pas pénaux ni sportifs. Ils relèvent du seul droit du travail ». Dans les contrats du MAHB, figure en effet une clause leur interdisant de parier sur les matchs de handball. Alors que la cour d?appel décidera mardi d?alléger ou non le contrôle judiciaire des joueurs mis en examen pour escroquerie, l?affaire va peut-être connaître ses derniers rebondissements prochainement?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant