Affaire Cahuzac : Taubira, Valls et surtout Moscovici entendus par la commission

le
4
Affaire Cahuzac : Taubira, Valls et surtout Moscovici entendus par la commission
Affaire Cahuzac : Taubira, Valls et surtout Moscovici entendus par la commission

Trois ministres passent sur le grill ce mardi de la commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur la gestion par le gouvernement de l'affaire Cahuzac. La garde des Sceaux, Christiane Taubira, passe en premier, en fin de matinée, suivie par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, à 17 heures, puis aussi et surtout celui de l'Economie, Pierre Moscovici, à 18h15. Son audition est la plus attendue.

Parmi les questions auxquelles cette commission parlementaire souhaite répondre figure celle concernant le rôle et l'attitude du patron de Bercy, entre le moment où Mediapart a révélé l'affaire le 4 décembre et les aveux de fraude fiscale le 2 avril de l'ex-ministre du Budget, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. Plusieurs témoins interrogés par la commission d'enquête, mais aussi les députés la composant, ont critiqué Moscovici, qui avait autorité sur Cahuzac.

La demande d'entraide administrative au coeur du sujet

Cette commission, qui a déjà auditionné 44 personnes depuis son installation le 15 mai, dont le principal interessé Jérôme Cahuzac fin juin, cherche à établir «d'éventuels dysfonctionnement dans l'action du gouvernement et des services de l'Etat» pendant les quatre mois de l'affaire.

Concernant Moscovici, les députés cherchent à comprendre pourquoi la demande d'entraide administrative n'avait été adressée à la Suisse que fin janvier par Bercy, mais aussi pourquoi la question posée dans cette demande n'avait pas été plus large, ce qui n'a pas permis aux services fiscaux français de mettre à jour l'existence d'un compte caché à l'étranger de Cahuzac.

Moscovici déjà bousculé à la commission des Finances

Les élus cherchent également à déterminer le degré de connaissance qu'avait Pierre Moscovici aux différents stades de l'affaire. Lors d'une audition houleuse mi-avril devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Pierre Moscovici avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 11881561 le mardi 16 juil 2013 à 11:09

    Il devrai commencer a se faire des cheveux le chauve !

  • 90342016 le mardi 16 juil 2013 à 09:02

    faut demandé au censseur quoi écrire

  • 90342016 le mardi 16 juil 2013 à 09:00

    censsuré a mort ici

  • 11881561 le mardi 16 juil 2013 à 08:18

    IL a la tete des mauvais jours qui se profilent !VOUS PREFEREZ MONSIEUR LE CENSEUR ?