Affaire Cahuzac : les parlementaires lancent leur enquête

le
1
Affaire Cahuzac : les parlementaires lancent leur enquête
Affaire Cahuzac : les parlementaires lancent leur enquête

Que savait le gouvernement de l'affaire du compte en Suisse de Jérôme Cahuzac, entre la révélation de l'affaire par Mediapart, le 4 décembre, et les aveux de l'ancien ministre du Budget le 2 avril, deux semaines après son départ de l'exécutif ? C'est la question à laquelle entend répondre

la commission d'enquête parlementaire qui lance ce mardi ses auditions. Les premières personnes entendues ce matin sont les «lanceurs d'alerte», le fondateur de Mediapart Edwy Plenel et le journaliste de ce site d'information Fabrice Arfi. Dans l'après-midi, ce sera l'ancien opposant politique de Jérôme Cahuzac à Villeneuve-sur-Lot, Michel Gonelle, l'homme par qui le scandale est arrivé.

Ex-orateur vedette du palais Bourbon, Jérôme Cahuzac sera, à une date non fixée, mis sur le grill par ses anciens collègues à qui il avait menti dans l'hémicycle le 5 décembre 2012 en leur lançant: «Je n'ai pas, je n'ai jamais eu de compte à l'étranger. Ni maintenant, ni avant.» Ces élus qu'il ne retrouvera pas sur les bancs de l'Assemblée - il a annoncé ce week-end qu'il ne se présenterait pas à la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot.

VIDEO. Suivez en direct à partir de 8h45 les auditions des journalistes de Mediapart

Les auditions de Valls, Taubira et Moscovici pas encore fixée

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a expliqué n'avoir jamais été en possession d'«aucune information qui prouvait la culpabilité» de cette ancienne star de l'équipe Ayrault jusqu'à son départ du gouvernement, et a réfuté toute enquête parallèle à son initiative. Quant à son collègue de l'Economie, Pierre Moscovici, ancien ministre de tutelle de Jérôme Cahuzac, cible privilégiée de la droite, il a dit son «impatience» de s'expliquer devant la commission et a affirmé «sans ambiguïté aucune» : «Je ne savais rien de ce compte». Et François Hollande ? Il «n'avait pas d'information», a assuré le Premier...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2399545 le mardi 21 mai 2013 à 08:42

    c'est de la pitrerie, ils font tous les scandalisés...