Affaire Cahuzac : le blues du gouvernement

le
0
Le départ précipité de Jérôme Cahuzac rajoute à la morosité des ministres.

Lorsqu'ils ont pris place mercredi après-midi au banc de l'Assemblée nationale pour la traditionnelle séance de questions au gouvernement, les ministres ont-ils eu une pensée pour Jérôme Cahuzac? Bien sûr que oui. Les uns et les autres n'ignorent pas que le gouvernement vient de perdre une voix forte et une compétence reconnue. «À titre personnel, Jérôme est un ami et je suis triste qu'il soit parti. À titre ministériel, se priver d'une telle compétence technique et politique, c'est dommage», confie Geneviève Fioraso. «Jérôme était carré et droit, ouvert à la discussion», poursuit la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, en rappelant que les crédits de son ministère sont en hausse de 2,2 % en 2013, alors qu'au début des discussions budgétaires une baisse de 3,5 % était prévue.

Le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon semblait lui aussi bien morose merc...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant