Affaire Cahuzac : l'animal politique est devenu un paria

le
0
Affaire Cahuzac : l'animal politique est devenu un paria
Affaire Cahuzac : l'animal politique est devenu un paria

Main levée, solennel, il jure de dire « toute la vérité ». C'était il y a bientôt trois ans. Visage grave, silhouette élégante, voix ferme, Jérôme Cahuzac répondait aux députés de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire de son compte caché. Ou plutôt, par deux fois entendu, bottait en touche en se retranchant derrière le secret de l'instruction le visant. « Un procès aura lieu, au cours duquel tout sera dit », promettait-il. Après sa seconde audition, Jérôme Cahuzac, dont les convocations au pôle financier durant l'enquête se sont opérées en toute discrétion, n'est plus guère réapparu, ni ne s'est exprimé publiquement. Sinon pour un récit des 117 jours de son « compte à rebours vers le gouffre » au magazine « Vanity Fair » il y a deux ans.

Qu'est devenu l'ancien ministre du Budget, cet « animal politique brillant » salué comme tel par ses pairs ? Poser cette question revient d'abord à mesurer le vide qui s'est creusé autour de lui. « Je ne le vois plus depuis trois ans », lâche un vieil ami fâché. « Personne ne parle plus jamais de lui à l'Assemblée », affirme un député PS. Des rangs de cette vie politique où ses talents l'avaient propulsé au sommet de l'Etat, Cahuzac semble proscrit, banni... L'approche de l'échéance judiciaire scelle les bouches des rares — comme les parlementaires PS Jean Glavany et François Patriat — qui assument toujours lien d'amitié et contacts. L'intéressé ne souhaitant pas s'exprimer — ni ses avocats Mes Jean Veil et Jean-Alain Michel —, restent des propos « off » et anonymes.

Il n'a pas retrouvé de travail

« Je redoute ce mois de février », a confié récemment Cahuzac à un ami. « Il a essayé de se reconstruire, déjà moralement », glisse un autre, qui décrit un homme « anxieux », animé par « un sentiment très profond de sa faute ». « Il vit depuis trois ans dans une certaine solitude, poursuit le même, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant