Affaire Cahuzac : Gonelle s'explique sur l'enregistrement qui a tout déclenché

le
1
Affaire Cahuzac : Gonelle s'explique sur l'enregistrement qui a tout déclenché
Affaire Cahuzac : Gonelle s'explique sur l'enregistrement qui a tout déclenché

C'est l'homme par qui le scandale est arrivé. Celui qui était en possession depuis 2000 de l'enregistrement où un homme -qui s'avèrera être l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac- évoquait son compte suisse à l'UBS, qui «n'est pas la plus planquée des banques». Après les journalistes de Mediapart dans la matinée, Michel Gonelle a été auditionné ce mardi après-midi par la commission d'enquête parlementaire sur l'action du gouvernement pendant l'affaire du compte suisse de Jérôme Cahuzac.

«Je ne suis plus dans l'action politique, je ne suis plus l'adversaire de qui que ce soit», a-t-il tenu à préciser d'emblée avant de revenir sur cette rocambolesque affaire d'enregistrement. Le prédécesseur RPR de Jérôme Cahuzac à la mairie de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), qui a assuré n'avoir jamais eu «aucun doute sur l'origine de cet appel», a expliqué que l'ex-ministre du Budget lui avait laissé coup sur coup deux messages. Un premier, intentionnel, pour fixer les modalités d'une visite de l'ex-ministre de l'Intérieur Daniel Vaillant dans la commune. Puis un second dans la foulée, involontaire cette fois, où il était question du fameux compte en Suisse.

Le fisc prévenu dès «le printemps 2001», selon Gonelle

«J'ai tout de suite compris à l'audition de ce message son caractère sensible, son caractère choquant. C'est pourquoi je n'ai pas souhaité que ce document disparaisse», a fait savoir Michel Gonelle. Et d'ajouter : «J'avais, dans mon entourage très proche, un fonctionnaire des impôts qui a entendu le message avec mon accord et qui a pris l'initiative d'informer le service compétent, c'est-à-dire la direction nationale des enquêtes fiscales.» Selon lui, «la direction nationale des enquêtes fiscales, qui avait une représentation régionale à Bordeaux, avait été prévenue» dès «le printemps 2001».

Michel Gonelle a poursuivi son exposé de la situation, en assurant que plusieurs années...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • h.castel le mardi 21 mai 2013 à 22:21

    En 2001 c'est Fabius qui était ministre des finances...