Affaire Bygmalion : l'étau se resserre autour de Jean-François Copé

le
0
La défense de Jean-François Copé semble s'affaiblir à mesure qu'avance l'enquête sur l'affaire Bygmalion.
La défense de Jean-François Copé semble s'affaiblir à mesure qu'avance l'enquête sur l'affaire Bygmalion.

Jean-François Copé pouvait-il vraiment ignorer la gabegie à l'oeuvre au sein de son parti au cours de la campagne de 2012 ? Une note adressée à l'ex-patron de l'UMP pendant l'entre-deux-tours de la présidentielle, dont Le Point révèle l'existence dans son enquête "Les enfants gâtés de l'UMP", vient fragiliser la défense de celui qui se présente comme "l'homme qui ne savait rien".>> Lire aussi notre article exclusif Comment les cofondateurs de Bygmalion se sont enrichis (édition abonnés) Dans ce document, retrouvé par les policiers au siège de l'UMP, Fabienne Liadzé, la directrice des ressources, alerte son secrétaire général, Jean-François Copé, sur les difficultés financières du parti. "Si rien n'est fait pour débloquer cette situation, l'UMP sera en défaut de paiement à partir de ce lundi 30 avril", écrit la comptable le 27 avril 2012.Nous sommes alors à quelques jours du second tour de la présidentielle. Plus de sept millions d'euros ont déjà été virés par l'UMP sur le compte d'Event & Cie, la filiale de Bygmalion chargée d'organiser les meetings de Nicolas Sarkozy. Le tiers seulement de la somme globale que le parti aura finalement versée à Event en 2012. Cette année-là, plus de 22 millions d'euros sont sortis des caisses de l'UMP pour atterrir sur le compte du prestataire."Tout ceci a été une révélation sidérante" (Copé aux enquêteurs)À en croire les dirigeants de Bygmalion, cette manne aurait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant