Affaire Bygmalion : Jérôme Lavrilleux exclu de l'UMP

le
2
Affaire Bygmalion : Jérôme Lavrilleux exclu de l'UMP
Affaire Bygmalion : Jérôme Lavrilleux exclu de l'UMP

L'homme par qui le scandale Bygmalion a explosé n'est officiellement plus membre de l'UMP. Ce mardi soir, le bureau politique du parti de la rue de Vaugirard a exclu Jérôme Lavrilleux, l'ex-bras droit de Jean-François Copé.

Une décision prise à l'unanimité de la trentaine de personnes présentes, moins deux voix. Michèle Alliot-Marie et Françoise Grossetête, toutes deux eurodéputées comme... Jérôme Lavrilleux, se sont abstenues.

Dans un communiqué diffusé en fin de journée, l'UMP fait savoir que «le bureau politique, pour fonder cette décision, n'a pu que faire le constat du très grave préjudice subi par l'UMP du fait de M. Lavrilleux». En cause, ses déclarations du 26 mai dernier. 

Homme de l'ombre, inconnu du grand public, Jérôme Lavrilleux accède alors à la pleine lumière lors d'une hallucinante interview-confession accordée à BFMTV. Celui qui fut directeur adjoint de la campagne présidentielle de Sarkozy en 2012, admet en larmes que des prestations fournies par la société Bygmalion ont été indûment facturées à l'UMP au lieu d'être imputées aux comptes de campagne du candidat. Un témoignage accablant, en premier lieu... pour lui.

L'UMP se dit «première victime dans cette affaire»

«Il indiquait assum(er) (ses) responsabilités dans un système de fausses facturations mis en place au détriment des finances de l'UMP : adhésions, dons, dotation publique, pour un montant qu'il évaluait à 10 ou 11 millions d'euros», rappelle aujourd'hui le parti, qui se dit «première victime dans cette affaire».  

Car, dénonce le communiqué de l'UMP, «la crise politique ainsi provoquée, allant jusqu'à poser la question de l'existence même de l'UMP, est sans précédent dans l'histoire de notre mouvement et des formations politiques ayant participé de sa création».

Mi-octobre, l'ancien bras droit de Jean-François Copé s'était mis de lui-même «officiellement en congé» du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le mardi 4 nov 2014 à 22:00

    Les "amis" de N.S. ont gagné et tout le monde comprendra bientôt qui est le véritable instigateur de cette "gymnastique" peu reluisante et loin de l'idée qu'ont beaucoup de citoyens de l'éthique.

  • charleco le mardi 4 nov 2014 à 20:59

    Maintenant, il va jacter.