Affaire Bettencourt : Woerth contre-attaque

le
0
INTERVIEW - Après deux journées d'interrogatoires, l'ancien ministre livre ses explications au Figaro. Il dénonce un « dossier à charge » et envisage de contester juridiquement ses mises en examen.

LE FIGARO - Comment se sont passées ces deux journées d'auditions?

C'est une expérience douloureuse et éprouvante, surtout lorsqu'on est innocent. Quand je suis arrivé, j'ai remarqué une affichette, collée dans le couloir: «Ici, on condamne même les portes». Un trait d'humour qui met dans l'ambiance.

Jeudi, vous avez finalement été mis en examen pour «recel» visant un possible financement illicite de parti politique...

D'une manière générale, je conteste tous les faits qui me sont reprochés. Il n'y a aucune preuve contre moi d'une quelconque culpabilité. Je n'ai été qu'une seule fois reçu de toute ma vie chez Mme Bettencourt et en présence d'autres personnes.

Mais le juge semble s'appuyer sur les accusations de Claire Thibout, ancienne comptable des Bettencourt, assurant avoir préparé une enveloppe de 50.000 euros pour le gérant de fortune familial Patrice de Maistre, afin qu'il vous les remette, pour la campagne de Nicolas Sarkozy. Selon elle, 100.000 e...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant