Affaire Bettencourt : les excuses de Montebourg à Florence Woerth

le
2
Affaire Bettencourt : les excuses de Montebourg à Florence Woerth
Affaire Bettencourt : les excuses de Montebourg à Florence Woerth

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a présenté mardi ses excuses à Florence Woerth, pour des propos en lien avec l'affaire Bettencourt tenus il y a trois ans. Conséquence immédiate : l'épouse de l'ancien ministre du Budget s'est désistée mercredi de ses poursuites en diffamation contre lui.

En juin 2010, Arnaud Montebourg, qui était à l'époque député PS et figure de l'opposition, avait évoqué un présumé conflit d'intérêts entre les fonctions de Mme Woerth comme gérante de la fortune de la milliardaire Liliane Bettencourt et celles de son mari, Eric Woerth, quand il était ministre du Budget : «Nous avons un ministre du Budget, en même temps trésorier de l'UMP, dont la femme travaille à organiser la fraude fiscale de Mme Bettencourt», avait déclaré Montebourg à lexpress.fr.

«Ce sont des propos que j'assume entièrement», avait-il dit devant le tribunal correctionnel de Paris, qui avait jugé ces propos diffamatoires mais l'avait relaxé le 15 janvier 2013, au bénéfice de la bonne foi.

Montebourg : «Avec le recul, j'admets que mes propos ont été excessifs»

«Avec le recul, j'admets que mes propos ont été excessifs. Je regrette d'avoir pu inutilement vous blesser et vous prie d'accepter à ce titre mes excuses», a écrit le ministre mardi dans sa lettre. Florence Woerth, qui avait fait appel, s'est donc désistée, mais a maintenu ses poursuites contre Mediapart et Eva Joly. Le site d'information avait publié une interview faisant dire à Mme Joly que Mme Woerth avait «participé à l'évasion fiscale de la fortune Bettencourt», avant de rectifier ces propos. L'ancienne candidate EELV à la présidentielle ayant en réalité déclaré que l'épouse du ministre du Budget était «employée dans une société qui a participé à l'évasion fiscale de la fortune Bettencourt».

Eva Joly avait été relaxée en première instance, mais le directeur du site, Edwy Plenel, et un journaliste ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dgui2 le vendredi 27 sept 2013 à 11:19

    Le tribunal a effectivement jugé ces propos diffamatoires mais l'a relaxé AU BENEFICE DE LA BONNE FOI... ====> Il n'y a plus de limite: on peut dire n'importe quoi du moment qu'on se dit "de bonne foi" !!!!

  • M3435004 le mercredi 25 sept 2013 à 19:20

    Le juge Gentil ne va pas tarder à envoyer les siennes ....