Affaire Baupin : "C'était très, très connu dans le parti"

le , mis à jour le
0
Denis Baupin en compagnie de son épouse, Emmanuelle Cosse, actuelle ministre du Logement.
Denis Baupin en compagnie de son épouse, Emmanuelle Cosse, actuelle ministre du Logement.

"Beaucoup se sont tues pour ne pas blesser sa compagne", la ministre du Logement Emmanuelle Cosse, explique Elen Debost, membre d'EELV, adjointe au maire du Mans, alors que la parole se libère sur les actes d'agressions et de harcèlement sexuels qui auraient été commis par celui qui est désormais l'ex-vice-président de l'Assemblée nationale, Denis Baupin. Ces huit femmes disent avoir décidé de parler après être tombées sur la photo de plusieurs députés, dont Denis Baupin, les lèvres maquillées de rouge pour protester « contre les violences faites aux femmes » le 8 mars.

Parmi les élues dénonçant le comportement du député, Sandrine Rousseau, porte-parole d'EELV, a raconté des faits remontant à octobre 2011. Lors d'une réunion, Denis Baupin « m'a plaquée contre le mur en me tenant par la poitrine, et a cherché à m'embrasser. Je l'ai repoussé violemment. » Elle précise en avoir immédiatement parlé à un membre du parti qui lui a répondu : « Ah ? Il a recommencé. »

Députée du Calvados, Isabelle Attard évoque pour sa part du « harcèlement quasi quotidien de SMS provocateurs, salaces ». « Il y avait des moments où on n'en avait plus, c'était par salves. » L'élue fait remonter ces faits de juin 2012 à son départ d'EELV, fin 2013, et affirme qu'elles étaient « plusieurs députées à recevoir le même SMS ».

Un comportement « un peu lourdingue avec...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant