Affaire Banon : DSK bénéficie de la prescription des faits

le
0
Le parquet de Paris estime que l'ex-directeur général du FMI a bien agressé sexuellement la jeune romancière, mais classe l'affaire car les faits sont trop anciens. Pour son avocate, DSK est «totalement blanchi». Avec des vidéos BFMTV

Une des dernières cartes de Tristane Banon vient de s'effondrer. Le parquet de Paris a classé sans suite jeudi la plainte pour tentative de viol de la romancière contre l'ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn. Seul réconfort pour la jeune femme : le parquet a estimé qu'il y avait eu «agression sexuelle» lors de leur rencontre dans un appartement parisien, en 2003. Une qualification qui ne permet toutefois pas à la justice de poursuivre DSK, les faits étant prescrits au bout de trois ans.

A l'issue de l'enquête, «il ressort que si faute d'éléments de preuve suffisants, les poursuites ne peuvent être engagées du chef de tentative de viol, des faits pouvant être qualifiés d'agression sexuelle sont quant à eux reconnus», indique le parquet. Selon une source judiciaire, c'est le fait que DSK ait reconnu devant les enquêteurs avoir tenté d'embrasser Tristane Banon lors de leur rencontre qui a pu conduire le parquet a qualifié le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant