Affaire Ashya King: libérés de prison, les parents veulent revoir leur fils malade

le
0
Affaire Ashya King: libérés de prison, les parents veulent revoir leur fils malade
Affaire Ashya King: libérés de prison, les parents veulent revoir leur fils malade

Les parents du petit Britannique Ashya King, arrêtés en Espagne après avoir retiré sans avis médical, leur enfant malade d'un hôpital anglais, ont promis d'aller le voir à leur sortie de prison mardi soir près de Madrid. «Nous allons voir notre fils dès que possible. Nous mourons d'envie de le revoir», a lancé le père d'Ashya, Brett King, aux journalistes devant la prison de Soto del Real, avant de quitter les lieux avec son épouse en voiture.

«Merci pour tout. Merci à l'Espagne de nous avoir aidés. Merci à l'Angleterre de nous avoir aidés», a ajouté Brett King. Depuis samedi, le petit garçon âgé de cinq ans, souffrant d'une tumeur au cerveau, est soigné dans un hôpital de Malaga, dans le sud de l'Espagne. Ses parents, Brett King, 51 ans, et son épouse Naghemeh King, 45 ans, venaient alors d'être arrêtés dans cette région après avoir fait sortir Ashya, sans avis médical, d'un hôpital situé dans le sud de l'Angleterre.

Ils voulaient lui offrir un traitement alternatif

Mais mardi soir, alors que le sort de cette famille provoquait un élan de sympathie en Grande-Bretagne, la justice espagnole a décidé leur mise en liberté immédiate, faisant suite à la levée du mandat d'arrêt ordonnée quelques heures plus tôt par la justice britannique et mettant un point final à cette histoire rocambolesque.

La décision a aussitôt reçu l'approbation du Premier ministre britannique David Cameron, qui a jugé «important que ce petit garçon reçoive des soins et l'amour de sa famille», sur son compte Twitter.

I welcome the prosecution against #AshyaKing's parents being dropped. It's important this little boy gets treatment & the love of his family-- David Cameron (@David_Cameron) September 2, 2014

Les King avaient expliqué avoir emmené leur enfant jusqu'en Espagne dans l'espoir d'y vendre une maison leur appartenant afin de financer un traitement alternatif, non disponible dans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant