Affaire Adidas : l'avocat de Tapie n'a «jamais consulté» le juge arbitre Estoup

le
0
Affaire Adidas : l'avocat de Tapie n'a «jamais consulté» le juge arbitre Estoup
Affaire Adidas : l'avocat de Tapie n'a «jamais consulté» le juge arbitre Estoup

L'avocat de Bernard Tapie riposte. Mis en cause lundi dans un article du Monde sur l'affaire Adidas, Maurice Lantourne a démenti vigoureusement avoir évoqué le dossier avec l'un des juges arbitres, Pierre Estoup, avant que la décision juridique ne soit rendue. «Je n'ai jamais consulté monsieur Estoup. Je ne lui ai jamais demandé une consultation juridique dans le dossier Adidas», a-t-il martelé au micro d'Europe 1 mardi matin.

La veille, le Monde révélait l'existence de deux courriers écrits par Maurice Lantourne qui auraient été adressés à Maurice Estoup en septembre 2006, alors que la sentence arbitrale accordant 405 millions d'euros à Tapie a été rendue le 7 juillet 2008. Selon le quotidien, les juges estiment que ces documents sont des éléments qui prouvent «l'escroquerie en bande organisée». Maurice Lantourne, Pierre Estoup, mais aussi Bernard Tapie, Stéphane Richard, à l'époque directeur de cabinet de Christine Lagarde, et Jean-François Rocchi, ancien président du consortium chargé de régler le passif du Crédit lyonnais, sont mis en examen pour ce motif dans ce dossier.

Me Lantourne dément avoir «consulté» un autre juge arbitre

«Il faudrait d'abord vérifier que des projets de courrier ont été adressés. Je confirme, et j'insiste sur ce point, qu'il n'y a jamais eu de demande d'intervention, de consultation de monsieur Estoup avant cet arbitrage», a encore déclaré l'avocat de Bernard Tapie. Une ligne de défense similaire à celle de l'homme d'affaires. «Ce ne sont que des projets, qui n'ont jamais été envoyés», a-t-il assuré lundi.

Autre élément troublant sur lequel Me Lantourne a dû se défendre : la rencontre avec Maurice Estoup le 8 septembre 2006, inscrite dans son agenda. «Je ne dis pas que c'est faux, mais je dis que c'est six ans après... Je ne l'ai pas rencontré pour le consulter dans ce dossier», a-t-il expliqué. Pourtant, selon le Monde, la mention «Quid dossier» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant