Affaiblie, l'opposition iranienne tente de relever la tête

le
0
Un appel à manifester a été lancé mardi, jour anniversaire de l'assignation à résidence des principaux leaders de la dissidence. Mais si le mécontentement est bien réel, la mobilisation devrait rester modeste.

«25 Bahman (14 février), manifestation sur la place Enqelab à 16 heures». Noir sur blanc, le nouveau mot d'ordre des protestataires iraniens a été discrètement inscrit en lettres persanes sur quelques billets de banque qui circulent sous le manteau depuis plusieurs jours. «J'ai déjà préparé mon foulard et mes baskets», prévient Sara, contactée par téléphone à Téhéran.

En ce jour anniversaire de l'assignation à résidence des deux principaux leaders de la dissidence iranienne, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, et à trois semaines des législatives, la jeune militante démocrate de 31 ans a bien l'intention de redescendre mardi dans la rue pour faire entendre ses désirs de changement. Mais quelques calligraphies griffonnées sur des bouts de papier suffiront-elles à redonner sa couleur au «mouvement vert», né de la réélection contestée d'Ahmadinejad, en juin 2009?

Réseaux sociaux bloqués sur Internet

«Je doute que de nombreux Iraniens parviennent à s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant