Aéroports de Paris qui «veut devenir une marque mondiale » pourrait changer de nom...

le
0
 Aéroports de Paris qui «veut devenir une marque mondiale » pourrait changer de nom...
 Aéroports de Paris qui «veut devenir une marque mondiale » pourrait changer de nom...

À la tête d'Aéroports de Paris (ADP) depuis plus de deux ans, Augustin de Romanet vient d'engager une réflexion sur l'identité de son groupe qui pourrait changer de nom. Le CDG Express pour relier Roissy à Paris est un autre de ses dossiers prioritaires.

Comment va ADP ?

Bien, car nous évoluons dans un secteur très dynamique : le trafic aérien croît en moyenne deux fois plus vite que le PIB français. Le tourisme, comme les échanges commerciaux, est en constant développement et notre activité à Paris a progressé de 2,6 % entre janvier et novembre 2014. Plus de 92 millions de passagers l'an dernier sont passés dans nos aéroports, dont 62 millions à Paris-Charles de Gaulle et 28 millions à Orly. Nous gérons déjà 38 aéroports dans le monde.

Et financièrement ?

En 2013, notre chiffre d'affaires s'est élevé à 2,7 milliards d'euros et il devrait être de nouveau en hausse en 2014. Notre capitalisation boursière dépasse les 10 milliards d'euros, ce qui nous place à la première place dans le monde devant notre principal concurrent Fraport, gestionnaire de l'aéroport de Francfort, qui pèse 6 milliards d'euros.

Vous envisagez toujours de vous installer ailleurs en France ?

Oui. Même si nous n'avons pas remporté l'appel d'offres de Toulouse (Haute-Garonne), nous sommes persuadés que notre savoir-faire en matière d'ingénierie, de design et d'exploitation d'aéroports peut être utile au développement d'autres aéroports que Paris. Nous réfléchissons donc à nous porter acheteurs des parts des aéroports de Nice (Alpes-Maritimes) et de Lyon (Rhône).

Quelle est votre stratégie à l'international ?

Notre savoir-faire de constructeur et d'exploitant est reconnu à l'étranger. Mon souhait est de faire d'ADP, à moyen terme, le numéro un mondial des gestionnaires d'aéroports.

Comment atteindre cet objectif ?

Nous souhaitons procéder à des acquisitions ou des prises de participation en restant vigilants sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant