Aéroports-Au moins 11 offres fermes pour Nice et Lyon-sources

le
0
    par Gilles Guillaume et Cyril Altmeyer 
    PARIS, 4 juillet (Reuters) - Au moins 11 offres fermes ont 
été déposées lundi par des groupes d'infrastructure et des fonds 
d'investissement pour la privatisation des aéroports de Nice et 
Lyon tandis qu'au moins deux candidats ont déclaré forfait dans 
la dernière ligne droite, a-t-on appris de sources proches des 
postulants. 
    La privatisation partielle du premier et du deuxième 
aéroport régional français pourrait rapporter jusqu'à 1,6 
milliard d'euros à l'Etat, qui s'est déjà désengagé en 2014 de 
l'aéroport de Toulouse-Blagnac. 
    Les offres fermes devaient être déposées le 4 juillet à midi 
au plus tard. L'Agence des participations de l'Etat (APE), qui 
pilote le processus, devrait se prononcer au mois d'août sur les 
offres reçues  . 
    A côté de l'Etat, qui détient environ 60% du capital des 
aéroports, les Chambres de commerce et d'industrie (CCI) en 
possèdent 25% et les collectivités 15%. 
    D'après une source proche du dossier, la fourchette des prix 
proposés par les candidats se situe en moyenne entre 750 et 900 
millions d'euros pour les 60% dans Nice et entre 500 et 800 
millions d'euros pour les 60% dans Lyon, soit une valorisation 
de 13-14 fois l'Ebitda (bénéfice avant intérêts, impôts, 
dépréciations et amortissements). 
    Selon plusieurs source proches du dossier et des 
prétendants, au moins cinq groupes ou consortiums sont toujours 
intéressés par l'aéroport de Nice : 
    l'italien Atlantia  ATL.MI , déjà opérateur de l'aéroport de 
Rome, associé pour une participation minoritaire avec EDF 
Invest, la branche d'investissement d'EDF  EDF.PA ; un 
consortium emmené par le fonds français Ardian et comprenant les 
Caisses d'épargne; le groupe espagnol d'infrastructures 
Ferrovial  FER.MC  associé au fonds Meridiam; le trio 
Vinci-CDC-Predica  SGEF.PA  CAGR.PA  et enfin l'assureur 
allemand Allianz  ALVG.DE  associé au fonds américain Global 
Infrastructure Partners (GIP). 
    Le tandem formé de l'aéroport de Zurich et du fonds de 
pension CPPIB (Canadian Pension Plan Investment Board) aurait 
quant à lui déclaré forfait, selon une source proche du dossier, 
confirmant une information du quotidien Les Echos. Le consortium 
a refusé de faire un commentaire. 
    Une autre source proche du dossier a indiqué par ailleurs 
que le groupe turc Limak avait jeté lui aussi l'éponge dans le 
dossier de Nice, où sa candidature avait suscité des réactions 
très hostiles de la part du maire Christian Estrosi.  
    Pour la plate-forme de Lyon, il n'y aurait plus que six 
dossiers en lice après la décision de Limak de ne plus postuler 
seul, mais de rejoindre Cube. L'aéroport de Genève, jusqu'ici 
membre de ce consortium, n'est plus qu'associé avec une présence 
symbolique inférieure à 1%.   et  . 
    Mais dans le Progrès de Lyon, le président de la région 
Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez s'est déclaré à son tour 
opposé à candidature du groupe turc et à l'idée de céder 
l'aéroport Lyon-Saint Exupéry à un groupe étranger, estimant 
qu'il s'agit d'"un outil de souveraineté". 
    Un consortium Ardian-Siparex-famille Decaux-Caisses 
d'épargne, le duo Ferrovial-Meridiam et le trio 
Vinci-CDC-Predica sont aussi prétendants pour Lyon, ainsi 
qu'Atlantia, seul cette fois ; s'y s'ajoute le groupe australien 
d'investissement Macquarie  MQG.AX  allié à la holding FFP 
 FFPP.PA  de la famille Peugeot, dans un montage 80-20%. 
    Selon une source, la principauté de Monaco a quant à elle 
fait part de son intention de rejoindre le vainqueur de l'appel 
d'offres sur Nice, avec une participation pouvant aller jusqu'à 
10% environ. 
    Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès 
d'Industry Fund Management (IFM), cité parmi les offres 
indicatives sur Nice et sur Lyon, sur sa présence au second 
tour. 
    Le ministère de l'Economie a refusé de commenter ces 
informations. 
 
 (Avec Arno Schuetze à Francfort, Matthieu Protard à Paris, Seda 
Sezer à Istambul, Joshuah Franklin à Zurich, Francesca Landini à 
Milan, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux