Aéroport de Toulouse : l'Etat a bien reçu les fonds chinois

le , mis à jour à 16:10
3
Aéroport de Toulouse : l'Etat a bien reçu les fonds chinois
Aéroport de Toulouse : l'Etat a bien reçu les fonds chinois

Les espoirs des opposants à la vente de l'aéroport de Toulouse-Blagnac viennent d'être balayés. Le ministère de l'Economie a assuré lundi que la transaction avec un consortium chinois était bien finalisée alors que des opposants affirmaient que la privatisation n'était toujours pas signée et pouvait donc être remise en cause. «La transaction a eu lieu. On a reçu l'argent. Les fonds ont bien été versés», a déclaré une porte-parole de Bercy.

Citant un article de Mediapart, le Collectif contre la privatisation a affirmé que la cession de 49,99% d'Aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB, société de gestion de la plateforme) n'était toujours «pas signée et que, en conséquence, elle pouvait être annulée à la suite de la disparition de Mike Poon, le PDG chinois d'une société clef du nouvel actionnariat. Mike Poon est accusé de corruption dans son pays, selon la presse hongkongaise.

Les autorités françaises ont à plusieurs reprises assuré que cette disparition n'avait aucun impact sur la privatisation partielle, les 49,99% d'ATB étant cédés à un consortium de sociétés chinoises et non à Mike Poon en son nom propre.

La député du Tarn-et-Garonne veut une gestion majoritairement publique

Opposante à la cession d'ATB, la députée PS du Tarn-et-Garonne et rapporteur général du budget, Valérie Rabault, a expliqué qu'elle avait écrit au ministre de l'Économie Emmanuel Macron, quand elle a appris que Mike Poon avait disparu, afin de réclamer le contrat signé. «J'attends toujours», a ajouté la députée.

La porte-parole de Bercy a assuré qu'une réponse sera apportée à Valérie Rabault «très prochainement à son courrier du 24 juin». Le ministère a par ailleurs réitéré son engagement à ne pas céder les 10,01% de l'aéroport que l'Etat détient encore, après la vente des 49,99%. «Le gouvernement n'a pas l'intention d'exercer cette option, comme le ministre l'avait dit à l'Assemblée nationale», a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 6 juil 2015 à 17:55

    En être à vendre les aéroports pour payer les fonctionnaires inutiles, c'est GRANDIOSE pour l'avenir.

  • mlemonn4 le lundi 6 juil 2015 à 17:33

    Quand le s Français finiront par manger un bol de riz, ils auront compris que nos technocrates ont vendu la Farnce qu'ils ont mis en faillitte, mais il sera trop tard et le temps nous est compté !!!

  • M7361806 le lundi 6 juil 2015 à 16:29

    Rabault ! si pas contente quittez votre fromage , vous nous avez assez taxé aux finances!