Aéronautique : la France empoche 451 millions d'euros en cèdant 1% d'Airbus

le
11
Aéronautique : la France empoche 451 millions d'euros en cèdant 1% d'Airbus
Aéronautique : la France empoche 451 millions d'euros en cèdant 1% d'Airbus

Un peu de cash dans les caisses de l'Etat. Ce dernier vient de vendre 1% du capital d'Airbus Group (ex-EADS) pour la somme de 451 millions d'euros en cédant près de 8 millions d'actions.

Alors que le titre a enregistré une hausse de 74,63% en un an à 55,44 euros par action, cette opération fait suite à un accord bilatéral entre les Etats allemand et français qui prévoit que l'Etat allemand porte sa participation à 11% des droits de vote d'Airbus Group et que l'Etat français réduise la sienne au même niveau de 11% des droits de vote. «L'Etat français via Sogepa, l'Etat allemand via GZBV et l'Etat espagnol via SEPI resteront conjointement et durablement les actionnaires de référence d'Airbus Group avec au minimum 26% des droits de vote. L'ajustement de la participation de Sogepa ne modifiera pas la place de l'Etat dans la gouvernance du groupe, dont il entend demeurer un actionnaire de référence à moyen terme», précise-t-on à Bercy en soulignant que la politique de l'Etat actionnaire est à la fois de «préserver les intérêts patrimoniaux et stratégiques de l'Etat tout en dégageant des ressources pour les besoins d'investissement et de désendettement de l'Etat».

Pour le fonctionnement de l'entreprise, cela ne changera rien sur le fond. «Ça ne change plus rien puisque vous savez qu'il y a une nouvelle gouvernance d'Airbus Group depuis maintenant pas loin d'une année, a expliqué Fabrice Brégier, le président de la la filiale Airbus sur BFM Business. Je pense que c'est une bonne chose que l'Etat puisse faire une plus-value et investir dans d'autres secteurs.»

En 2013, l'État s'était montré particulièrement actif dans la gestion de son portefeuille de participations. Au total, Bercy a récolté près de 2, 4 milliards d'euros avec la vente de 9,5% du gestionnaire des aéroports Aéroports de Paris (ADP) au profit du groupe de BTP Vinci et de l'assureur Predica (groupe Crédit Agricole) pour 738 millions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4630859 le jeudi 16 jan 2014 à 12:09

    Et il paye combien d'impôt (45% d'impôt sur les plus values ?), il verrait ce que cela fait.

  • salar12 le jeudi 16 jan 2014 à 11:26

    pour le budget ou pour la dette?

  • viniciou le jeudi 16 jan 2014 à 11:23

    erreur stratégique

  • dupon666 le jeudi 16 jan 2014 à 10:39

    en 81 la gauche nationalisait ....maintenant elle brade

  • dupon666 le jeudi 16 jan 2014 à 10:38

    bientot il n'y aura plus rien à vendre

  • frk987 le jeudi 16 jan 2014 à 10:18

    Vendez donc le château de Versailles, le Louvre, au moins cela n'aura pas d'impact sur la production industrielle seule source d'emplois.

  • rodde12 le jeudi 16 jan 2014 à 10:10

    La France n'encaisse rien du tout c'est l'administration qui va pouvoir gaspiller. NUANCE.

  • lolin le jeudi 16 jan 2014 à 10:07

    De Villepin a bradé nos autoroutes aux grosses sociétés (Vinci etc...)qui se goinfrentmaintenant sur le dos des automobilistes (double peine)

  • akka. le jeudi 16 jan 2014 à 10:06

    Vendez, vendez la France, mon pays et continuez à entretenir l'hémorragie.... Quelle incapacité !!!

  • fquiroga le jeudi 16 jan 2014 à 10:01

    Fins de mois difficiles........On vend les bijoux de famille. Oui mais après??????