Aéronautique : EADS prend le nom d'Airbus

le
0
Aéronautique : EADS prend le nom d'Airbus
Aéronautique : EADS prend le nom d'Airbus

C'en est fini d'EADS. Le géant européen de l'aéronautique a officiellement annoncé qu'il adoptait le nom d'Airbus, qui était jusqu'à présent celui de sa célèbre filiale spécialisée dans la construction d'appareils civils. En parallèle, il regroupe ses activités défense et espace, pour améliorer sa compétitivité.

Quand la nouvelle structure sera mise en place, le 1er janvier prochain, le groupe Airbus comprendra trois divisions au lieu de quatre actuellement: Airbus, qui tire les performances du groupe, chargé de toutes les activités d'avions commerciaux, Airbus Defence and Space (Astrium, Cassidan, Airbus military), et Airbus helicopters, nouveau nom d'Eurocopter, premier fabricant mondial d'hélicoptères.

Tom Enders : «Une évolution, pas une révolution»

«Ce que nous dévoilons aujourd'hui est une évolution et non une révolution», a déclaré le directeur exécutif d'EADS, Tom Enders, cité dans le communiqué. «Il s'agit d'une étape logique dans le développement de notre entreprise. Nous affirmons la prédominance de l'aviation commerciale dans notre groupe. Le changement de nom replace simplement l'ensemble de l'entreprise sous l'égide de notre meilleure marque qui symbolise l'internationalisation, l'innovation et l'intégration, et également les deux tiers de notre chiffre d'affaires».

Comme l'explique la Tribune, derrière ce changement de nom se cache une réelle réorganisation opérationnelle du groupe. Car Tom Enders, le patron du groupe voulait renforcer le poids de la holding EADS, considérée comme une coquille vide. En effet, avec l'ancienne organisation, le pouvoir était entre les mains des dirigeants des filiales qui vont désormais voir leur influence se réduire.

Des bénéfices en hausse

Cette annonce intervient dans un contexte économique favorable pour le groupe. D'avril à juin, EADS a dégagé un bénéfice net de 518 millions d'euros (+14%). Cumulé sur le premier semestre, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant