Aérien : les low cost déploient leurs ailes sur l'Atlantique

le
0
Un avion décolle de Kennedy airport à New York, où les compagnies à bas coûts sont de plus en plus présentes pour relier les deux rives de l'Atlantique. (© T. Collens / AFP)
Un avion décolle de Kennedy airport à New York, où les compagnies à bas coûts sont de plus en plus présentes pour relier les deux rives de l'Atlantique. (© T. Collens / AFP)

Les vols opérés par Norwegian Air, la compagnie islandaise Wow, la canadienne WestJet ou encore la marocaine Royal Air Maroc pour relier les deux rives de l'Atlantique se sont multipliés ces deux dernières années dans le sillage de la chute des prix du kérosène.

Souvent près de moitié moins chers que les tarifs proposés par les grandes compagnies aériennes, les prix des billets d'avions de ces "low cost" leur ont permis de séduire assez rapidement les voyageurs.

La part de marché des grandes compagnies a ainsi diminué, passant de 75% à l'été 2014 à 72% l'été dernier, selon le cabinet spécialisé OAG.

Plus les compagnies à bas coût «augmentent les capacités, plus elles vont devenir une menace croissante pour les grandes compagnies aériennes», estime George Hobica, du site spécialisé airfarewatchdog.com.

398 contre… 600 dollars

Un billet d'avion aller-retour entre Londres et New York, pris à l'avance, vaut en moyenne 398 dollars auprès des low cost, selon l'expert, contre plus de 600 dollars auprès des grandes compagnies. Le canadien WestJet se targue même d'offrir des vols du Canada pour Londres à 199 dollars canadiens taxes comprises. Même en rajoutant le prix de services payants (repas, bagages, écouteurs...) le voyageur y trouve son compte, assure M. Hobica.

Conscientes du danger, les grandes compagnies n'ont pas tardé à réagir, en proposant des sièges moins chers,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant