Advocaat, "petit général" devenu grand

le
0
Advocaat, "petit général" devenu grand
Advocaat, "petit général" devenu grand

Dick Advocaat en a bientôt fini avec le ballon rond, après trente années de bons et loyaux services. Dont quelques-uns passés aux côtés de Rinus Michels, qui prit sous son aile l'actuel entraîneur de Sunderland au milieu des années 80 alors qu'il venait tout juste de prendre son envol.

"Non non non, si je reste à Sunderland, ma femme va demander le divorce." Sous la forme d'une boutade, Dick Advocaat, pompier appelé à la rescousse des Black Cats en Premier League, n'a laissé aucun doute sur son avenir du côté du Stadium of Light : une fois le club sauvé, Dick traverse la mer du Nord pour rentrer au bercail et prendre une retraite bien méritée à 67 ans. Surtout, cette phrase lâchée en conférence de presse est l'une des rares incartades de l'ancien entraîneur du PSV et des Glasgow Rangers concernant sa vie privée. Si l'on sait finalement peu de choses hors football concernant Dick Advocaat, c'est parce qu'un homme lui a un jour dit : "Tu ne dois jamais en dire trop aux médias, sinon tu dois justifier ou expliquer tout ce que tu dis. Les médias se rappellent de tout." Cet homme, c'est Rinus Michels. Le Général. Plus que n'importe quel entraîneur néerlandais de ces trente dernières années, au premier rang desquels s'impose le trop évident Johan Cruijff, l'inventeur du totaal voetbal aura eu une influence primordiale sur la formation de Dick Advocaat. Au point que ce dernier l'invita fréquemment, jusque dans les dernières heures de sa vie, aux réunions de la sélection nationale qu'il entraînait alors pour profiter de ses précieux conseils. Au point, aussi, que l'actuel entraîneur de Sunderland se traîne depuis bien longtemps le sobriquet aussi réducteur que flatteur de "petit général".

"Désormais, je me considère comme l'égal de Michels"


À dire vrai, Dick Advocaat a un jour confessé n'avoir admiré que deux personnes dans sa vie : Maman Advocaat et Rinus Michels, dans la peau du père que Dick n'eut jamais vraiment. "Lorsque j'étais enfant, j'admirais tout particulièrement ma mère. La façon dont elle a élevé à elle toute seule cinq enfants après le décès de mon père, arrivé très tôt. J'avais une relation privilégiée avec elle. Une femme forte. Je la respectais énormément. Malheureusement, elle aussi est décédée il y a plusieurs années. L'autre personne que j'ai beaucoup admirée était Rinus Michels. C'était un vrai passionné, doublé d'un grand professionnel. [ ] Il m'a vraiment impressionné, grandement affecté. Il se reconnaissait en moi. C'est la raison pour laquelle il voulait entraîner les Pays-Bas à l'Euro 1992 à condition que je sois son assistant. Désormais, je me considère comme l'égal de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant