Aduriz, le valet de Valence

le
0
Aduriz, le valet de Valence
Aduriz, le valet de Valence

Avant de devenir une option potentielle pour Vicente del Bosque en équipe nationale, Aritz Aduriz est passé par pas mal d'états d'âme au cours de sa carrière. Un temps rejeté par sa famille de l'Athletic Bilbao, le buteur retrouve aujourd'hui le FC Valence, sa dernière écurie avant l'adoubement définitif chez les Lions.

Il épate depuis l'ouverture de la saison avec l'Athletic de Bilbao. Et malgré les résultats en montagnes russes de son club, Aritz Aduriz marque, encore et toujours. D'ailleurs, son principal fait d'armes est venu à la fin de l'été dernier, quand les Leones recevaient au San Mamés le géant de la dernière saison, le FC Barcelone, pour la finale aller de Supercoupe d'Espagne. Prêt à tout pour mettre à sa merci les champions d'Espagne et d'Europe en titre, Aduriz virevolte à la pointe de l'attaque et perturbe l'arrière-garde blaugrana. Résultat : trois buts en l'espace de 15 minutes, et un Barça amorphe devant autant de sens du but, autant de confiance. Bilbao dézingue Barcelone (4-0), Aduriz démarre son exercice 2015-2016 de la meilleure des façons. Six mois plus tard, la dynamique est similaire. Le goleador se classe au septième rang des buteurs européens, avec 30 buts inscrits en 44 matchs toutes compétitions confondues. Sans surprise, le meilleur buteur espagnol de la saison ne pouvait plus passer inaperçu pour le sélectionneur national, Vicente del Bosque. "C'est un cas exceptionnel", expliquait le patron de la Roja à Marca, à 100 jours du démarrage de l'Euro. "Il a eu une bonne trajectoire, mais personne ne demandait à ce qu'il soit en sélection. Il est le prototype de ce que doit être l'avant-centre. Nous ne faisons pas une sélection par un vote populaire, mais quand tout le monde dit "Aduriz, Aduriz, Aduriz", c'est une chose à laquelle on doit penser. Nous ne serons pas plus intelligents que les autres si nous disons non. Nous allons le voir." Si aujourd'hui, le joueur retrouve de nouveau les portes de l'équipe nationale et rend fier le Pays basque, le natif de Saint-Sébastien aura entre autres connu son salut à travers un club : le FC Valence.

Le choix de la difficulté


On l'a bien vu contre l'Olympique de Marseille, Aduriz ne tergiverse pas au moment de tenter un geste instinctif, et ce, même si le geste en question est réalisé en compétition européenne. Le Vieux Continent, El Zorro (le Renard, en VF) l'a connu au moment où il était en pleine ascension sportive. Cédé par Majorque pour 4 millions d'euros à la suite de nécessités d'ordre économique, Aduriz arrive à Valence en juillet 2010, malgré d'autres propositions venues de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant