Adrien Silva, le Charentais

le
0
Adrien Silva, le Charentais
Adrien Silva, le Charentais

Christophe Jallet ne sera pas le seul Charentais de la finale. En face se dressera Adrien Silva. Un garçon né à Angoulême, préformé à Bordeaux et qui a gravi les échelons au Portugal par la force de l'abnégation. Et avec le soutien de sa famille.

Qu'importe ce qui se passera ce dimanche 10 juillet. Victoire ou non, Adrien Silva fera la fête sept jours plus tard. La raison ? Le milieu de la sélection portugaise rassemblera sa famille et ses amis pour célébrer son mariage avec sa dulcinée à Lisbonne. Pour cet événement, certains habitants français vont faire le déplacement. Et pour cause : comme Christophe Jallet, Silva est né en Charente. À Angoulême, plus précisément. Drôle d'histoire que lui a réservée le destin. À 27 ans, Adrien se retrouve donc en finale d'un championnat d'Europe avec son pays contre celui où il a grandi pendant plus de 10 ans.

Pour en arriver là, le joueur a en effet fait ses gammes en France, et notamment au centre de formation de Bordeaux en compagnie de son frère Jérémy – qui a finalement terminé kinésithérapeute –, où il rencontre un certain Mathieu Valbuena. Pour des raisons professionnelles, son papa ramène toute la petite famille au Portugal en 2001. Après avoir suivi des cours pour apprendre une langue qu'il ne connaissait que très peu et tapé le ballon à l'ARC Paçô en parallèle, l'Angoumoisin est repéré par le Sporting, club dans lequel il évolue toujours et où il est même devenu capitaine. Aujourd'hui, Adrien a grandi. Il a même l'occasion de monter sur la plus haute marche continentale. Alors qu'il a regardé les rencontres de poule du banc de touche, il a gagné sa place de titulaire dans l'entrejeu choisi par Fernando Santos depuis le début des matchs couperets. Trois fois dans le onze de départ (contre la Croatie, la Pologne et le Pays de Galles), Silva a assuré avec 87 % de passes réussies et devrait de nouveau débuter face à la France.

De père en fils


Cette réussite, le bonhomme la doit avant tout à sa force de caractère entrevue dès son plus jeune âge. Après avoir choisi son costume pour la cérémonie de mariage – "bah oui, si je suis avec Ronaldo et Rui Patrício, il faut que je sois classe !", Franck Bonnet, son parrain et meilleur ami de son père en Charente, relate ses souvenirs : "Quand les deux frères prenaient le ballon pour s'amuser, on voyait déjà le truc. Jérémy était plus fort techniquement, et Adrien celui qui ne lâchait rien. Rien, rien, rien… C'est un gars qui se bat jusqu'au bout. Un modèle d'abnégation. L'an dernier, je suis allé le voir lors de la finale…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant