Adresses en .vin: la France s'en prend vivement au régulateur du web, Icann

le
0
Adresses en .vin: la France s'en prend vivement au régulateur du web, Icann
Adresses en .vin: la France s'en prend vivement au régulateur du web, Icann

La polémique sur les sites internet en .vin et .wine a rebondi jeudi, la France estimant que l'Icann, régulateur mondial de la Toile, n'est "plus l'enceinte adéquate pour discuter" de sa gouvernance, après avoir échoué à faire suspendre l'attribution contestée de ces adresses.Ces noms de domaine font l'objet depuis plus d'un an d'un bras de fer opposant l'Icann à plusieurs pays européens et aux vignerons qui craignent des tricheries: les prétendants aux .vin et .wine, qui n'ont aucun lien avec le vin, ne sont pas tenus de garantir une protection particulière pour les indications géographiques (telles Bordeaux, Champagne, voire même le Napa de Californie).Après plusieurs recours tous rejetés par l'Icann, la secrétaire d'Etat française au Numérique, Axelle Lemaire, avait redemandé la suspension du processus d'attribution de ces adresses internet lors de la réunion internationale du régulateur à Londres (22-26 juin).Jeudi, dans son communiqué final, le GAC, organe consultatif de l'Icann au sein duquel les gouvernements sont représentés, fait état de "discussions sur le problème" .vin/.wine lors de la réunion londonienne, mais indique qu'"aucun accord n'a été trouvé en raison de la nature sensible du sujet"."Certains (pays) membres ont exprimé leurs préoccupations concernant la transparence et la politique de l'Icann. Ces préoccupations ne sont pas partagées par tous les membres", selon ce texte.Dans la foulée, la délégation française a "déploré l'absence d?accord pour suspendre la procédure de délégation des domaines internet .vin et .wine, au terme de plus d'un an de négociations au sein de l?Icann", dans un communiqué publié par Bercy."Les procédures actuelles de l'Icann mettent en lumière son incapacité à prendre en compte les préoccupations légitimes des Etats et à garantir une gestion commune des ressources dans le sens du respect de la diversité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant