ADP : un échec préjudiciable en Turquie

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Après avoir payé 874 millions d'euros, en mars 2012, pour entrer au capital (38%) de l'entreprise turque TAV qui exploite plusieurs aéroports, en particulier le premier du pays, ADP a perdu l'appel d'offres organisé, le 3 mai dernier, par l'Etat turc pour attribuer la construction et l'exploitation d'un troisième aéroport à Istanbul.

La filiale de l'exploitant français de Roissy et Orly se verra donc concurrencée, à partir de 2018, par ce futur aéroport destiné à devenir le plus grand au monde devant Atlanta, avec 150 millions de passagers par an.

Lors d'une conférence téléphonique tenue le 3 mai, Augustin de Romanet, PDG d'ADP, a expliqué que l'appel d'offres avait été remporté par un consortium d'entreprises turques du bâtiment-travaux publics, pour un montant de 22,15 milliards d'euros qui n'aurait pas été raisonnable pour le groupe français : «A 22 milliards d'euros, le taux de rendement interne était encore acceptable, mais si nous avions gagné à ce prix-là, [le montage] aurait été tendu.»

La perte de ce marché «n'est pas une bonne nouvelle sur le papier», a reconnu Augustin de Romanet qui n'envisage pas néanmoins d'avoir à déprécier la participation d'ADP dans TAV : «Je reste confiant dans notre partenariat, car nous avons encore beaucoup de projets à mener à bien en commun, c'est une perte d'opportunité mais nous serons indemnisés correctement.»

En outre, le dirigeant constate que les vainqueurs sont des groupes de BTP qui auront peut-être besoin d'un exploitant d'aéroports comme ADP pour gérer cette future infrastructure.

Conservez.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant