ADP prêt à aider Air France pour ne plus être pointé du doigt

le
1
ADP SE DIT PRÊT À AIDER AIR FRANCE
ADP SE DIT PRÊT À AIDER AIR FRANCE

ROISSY (Reuters) - Aéroports de Paris est prêt à aider Air France, son premier client, en espérant ainsi ne plus être accusé de contribuer à affaiblir la compagnie nationale, a déclaré mardi Augustin de Romanet, PDG de l'exploitant de Roissy et Orly.

La filiale d'Air France-KLM a fait la une de l'actualité mondiale le 5 octobre avec l'agression de cinq cadres dirigeants par des salariés lors de l'annonce de 2.900 suppressions de postes et du retrait de 14 avions de sa flotte d'ici 2017.

"Je suis déterminé à ne pas me laisser marcher sur les pieds. Vis-à-vis des collaborateurs à qui je demande des efforts énormes, je ne peux pas accepter qu’on nous traite comme les 'fauteurs de troubles'", a déclaré Augustin de Romanet lors d'une conférence de presse de présentation du plan stratégique 2016-2020 du groupe.

ADP a prévenu son personnel que la modération salariale serait de rigueur et prévoit le non-remplacement de 350 salariés d'ici 2017, a-t-il ajouté.

Les nouveaux tarifs, dont l'augmentation sera ralentie sur la période 2011-2015, favoriseront les compagnies ayant des correspondances à Paris vers des destinations internationales, comme c'est le cas d'Air France, a précisé de son côté le directeur financier, Edward Arkwright.

A partir du 1er avril 2016, les redevances sur les passagers des vols long-courriers baisseront et les compagnies ayant un trafic en correspondance en croissance seront exonérées de redevance sur tout nouveau passager ainsi gagné, a-t-il ajouté.

En contrepartie, ADP augmentera ses redevances sur les vols court et moyen-courriers les moins fréquentés (épargnant ainsi les compagnies low cost qui remplissent leurs avions et les font beaucoup voler) et compensera le reste du manque à gagner avec des recettes issues de ses commerces.

ADP compte également déployer l'embarquement automatique des passagers à partir de 2016, supprimant ainsi toutes les charges de manutention des bagages aujourd’hui assumées par Air France, principale compagnie du "hub" parisien, a ajouté Augustin de Romanet.

L'Etat français est à la fois premier actionnaire d'ADP, avec 50,6% du capital, et détenteur d'une participation de 17,6% dans Air France-KLM.

(Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jphr63 le mardi 13 oct 2015 à 16:56

    en gros:il met la main à la poche pour distribuer l'argent du contribuable sachant que l'état est gros modo à 50% au capital de ADP.Les chiens ne se mangent pas entr'eux....