Adoption : campagne contre le cliché de «l'enfant parfait»

le
2
Deux adoptés sur trois via l'Agence française de l'adoption sont des enfants dits «particuliers».

Un bébé âgé de quelques mois, en pleine santé, abandonné à la naissance: un cliché dont nombre de candidats à l'adoption peinent à se détacher, comme s'ils rêvaient de pouvoir écrire leur histoire sur une page blanche. La réalité de l'adoption est tout autre, avertit l'Agence française de l'adoption (AFA). Elle vient de lancer une nouvelle campagne d'information destinée aux conseils généraux, aux travailleurs sociaux et aux futurs parents adoptifs. Les derniers chiffres de l'agence, qui a encadré près de 300 adoptions internationales en 2012, sont éloquents. 60 % de ces adoptés sont des enfants dits «à besoins spécifiques» ou autrement dit malades, curables ou incurables, handicapés, âgés de plus de 5 ans ou accompagnés d'une fratrie. Soit environ deux enfants sur trois. «Ce pourcentage augmente d'année en année», avertit la présidente de l'AFA, Isabelle Vasseur....



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le samedi 10 nov 2012 à 09:31

    Remercions tous les pays de se "débarrasser" d'une charge pour leurs sociétés.Je connais en effet plusieurs cas où les enfants adoptés ont des QI très bas, ne marchent pas à 3 ans... etc, etc... Mais si les gestes sont beaux est-il admissible en France de recevoir autant de prochaines misères en provenance de Chine, de Roumanie et de bien d'autres pays.

  • M488902 le samedi 10 nov 2012 à 07:48

    Bientôt, cela sera 99%à force de vouloir faire vivre l'invivable.