Adocia : un projet de plus, deux de moins

le
0
Gérard Soula, fondateur d'Adocia. (© Adocia)
Gérard Soula, fondateur d'Adocia. (© Adocia)

La biotech lyonnaise ajoute une corde à son arc. Elle «lance» BC Glucagon, un cinquième candidat-médicament pour traiter le diabète insulino-dépendant.

Le glucagon est une hormone qui produit l’effet inverse de l’insuline : elle augmente le taux de glucose dans le sang. Des produits à base de glucagon existent déjà, comme le Glucagen de NovoNordisk et le Glucagon d’Eli Lilly. Ils sont utilisés, sous forme de kits d’urgence, pour traiter les hypoglycémies sévères. Mais ils nécessitent, avant usage, une préparation, en l’occurrence la dilution de poudre de glucagon (lyophilisat) dans de l’eau stérile. Opération qui, dans l’urgence, est source de fréquentes erreurs de dosage.

En formulant cette hormone avec sa technologie Biochaperone, Adocia espère mettre au point un glucagon «prêt à l’emploi». Outre les kits d’urgence, ce glucagon pourrait être utilisé pour mettre au point un pancréas artificiel «bi-hormone» (insuline et glucagon, et non insuline seule). Il pourrait aussi cibler certaines maladies rares, qui nécessitent des prises quotidiennes de Glucagon.

Forte concurrence

Adocia n’est pas seul sur ce terrain. D’autres laboratoires – en l’occurrence Novo Nordisk, Eli Lilly et Sanofi, les trois leaders mondiaux du diabète – travaillent sur des projets semblables, avec une approche commune : développer un glucagon analogue. Dans ce cas, l’hormone

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant