Adocia : Activité et résultats du 1er semestre 2013

le
0

Adocia : activité et résultats du premier semestre 2013

Montée en puissance de la R&D pour préparer le lancement de trois études sur les projets insulines à partir du second semestre 2013

Résultat net de -4,6 millions d’euros impacté par l’intensification des efforts de R&D

Situation financière saine de 22,8 millions d’euros de trésorerie

 

Lyon, le 5 septembre 2013 - Adocia (NYSE Euronext Paris : FR0011184241 - ADOC), société de biotechnologie spécialisée dans le développement de médicaments «best-in-class» à partir de protéines thérapeutiques déjà approuvées, annonce aujourd’hui ses résultats pour les six premiers mois de l’année 2013.

Les comptes semestriels aux normes IFRS pour la période du 1er janvier au 30 juin 2013 ont fait l’objet d’une revue limitée par nos Commissaires aux comptes et ont été arrêtés par le conseil d’administration du 4 septembre 2013 et autorisés à la publication. Le rapport financier semestriel est disponible sur le site internet d’Adocia dans la rubrique Investisseurs/Information Réglementée/Rapport financier   (http://www.adocia.fr/Investisseurs,fr,52.html).

Evénements marquants du premier semestre 2013 :

L’intensification des travaux de recherche afin de constituer les dossiers cliniques des trois études prévues sur des patients diabétiques de type I. Ces études sont programmées à partir du second semestre sur les projets insuline combos, insuline rapide humaine, Hinsbet® et insuline analogue ultra rapide.

Le renforcement du portefeuille de brevets,  avec l’obtention aux Etats-Unis de trois brevets, dont un majeur couvrant des BioChaperone® en développement clinique et le dépôt de deux nouveaux brevets couvrant les innovations dans le domaine de l’insuline.

L’avis scientifique positif de l’Agence européenne des médicaments (EMA), qui a confirmé qu’une seule étude européenne de phase III pour le traitement de l’ulcère du pied diabétique serait requise pour l’autorisation de mise sur le marché. En Inde, la réorganisation des autorités réglementaires génère des délais dans l’approbation des dossiers qui lui sont soumis, La société est ainsi, à ce jour, toujours dans l’attente d’une réponse concernant le lancement de l’essai clinique de phase III.

Principaux événements intervenus depuis le 30 juin 2013 :

9 juillet 2013 : encaissement de 3,1 millions d’euros au titre du Crédit d’Impôt Recherche sur les dépenses générées en 2012, portant ainsi notre trésorerie à 23,5 millions à fin août 2013.

29 juillet 2013 : fin de la collaboration avec Eli Lilly suite à la décision mutuelle de ne pas poursuivre le programme de recherche prévu dans le contrat de licence signé en décembre 2011. Ce contrat donnait accès à la technologie BioChaperone® pour la formulation d’analogue d’insuline à action rapide. En conséquence, la société reprend ses droits sur le développement d’une insuline analogue ultra-rapide et entend poursuivre activement ce projet.
Cet événement impactera les comptes du troisième trimestre 2013 qui bénéficieront de la reprise en chiffre d’affaires du solde de l’up-front payment qui restait à amortir (soit 4,6 millions de revenus sans aucun impact cash).

« Suite à la fin de ce partenariat, Nous préparons le lancement, d’ici la fin de l’année, d’une étude clinique de phase II sur le développement d’une insuline analogue ultra rapide. Nous pensons ainsi être en mesure d’augmenter la valeur de ce projet et, par conséquent, de favoriser une nouvelle collaboration », commenteGérard Soula, Président-Directeur Général d’Adocia. « Aujourd’hui, Adocia développe trois produits complémentaires pour le traitement par insulinothérapie et propose un portefeuille large et cohérent de produits clés, susceptibles d’intéresser un acteur actuel de l’insuline ou un nouvel entrant dans le domaine », poursuit Gérard Soula.  « Notre position de cash de 23,5 millions d’euros nous permet d’envisager le financement de nos projets sur deux ans ».

Principaux éléments financiers  au 30 juin 2013 :

Une situation financière saine avec 22,8 millions d’euros de trésorerie, soit une consommation de cash de 7,7 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année.

Une perte opérationnelle de 4,6 millions d’euros sur le premier semestre contre 1,7 million d’euros pour la période de six mois se terminant au 30 juin 2012. Ces résultats sont en ligne avec les prévisions et sont le reflet des investissements de recherche et développement réalisés sur ce premier semestre.

Les dépenses d’exploitation progressent ainsi de 1,5 million d’euros (+26%) par rapport aux six premiers mois de l’année 2012, alors que les produits opérationnels sont en diminution par rapport au premier semestre 2012 qui avait bénéficié de 1,4 million comptabilisé en prestations de recherche.

« Notre consommation de trésorerie est en ligne avec notre plan opérationnel et sa gestion rigoureuse reste notre priorité », ajoute Valérie Danaguezian, Directeur Administratif et Financier. « Notre situation financière saine nous permet de continuer à assurer le développement de notre portefeuille produits, incluant le projet insuline analogue ultra rapide. »

Prochains rendez-vous :

SFAF : Présentation des résultats semestriels le 6 septembre 2013

Large & Midcap Event les 2 et 3 octobre 2013 à Paris.

Résultats financiers au 30 juin 2013 :

Le tableau suivant résume les comptes semestriels établis conformément aux normes IFRS pour la période de six mois se terminant aux 30 juin 2013 et 2012.

En milliers d’euros-Normes IFRS

30/06/2013

30/06/2012

Produits opérationnels

2 739

4 107

Dépenses de recherche et développement

(6 460)

(5 094)

Frais généraux

(926)

(776)

Charges opérationnelles

 (7 386)

 (5 870)

Résultat opérationnel (perte)

(4 647)

(1 762)

Résultat financier net

25

13

Résultat net (perte)

(4 622)

(1 749)

Nombre moyen d’actions en circulation (en milliers)

6 203

5 739

Perte nette par action (en €)

(0,7)

(0,3)


Produits opérationnels

 Le tableau suivant présente le détail des produits opérationnels pour chacune des périodes :

En milliers d’euros-Normes IFRS

30/06/2013

30/06/2012

Contrats de recherche et collaboration

-47

1 398

Revenus de licences

953

1 151

Chiffre d’affaires (a)

905

                   2 549

Subventions, financements publics et crédit d'impôt recherche (b)

 1 834

1 558

Produits opérationnels (a)+(b)

2 739

4 107

  

Les produits opérationnels au 30 juin 2013 sont en baisse de 33% par rapport à ceux enregistrés sur la même période en 2012.

Les revenus de licences s’élèvent à près de 1 million d’euros, en ligne avec le premier semestre 2012. Ils correspondent essentiellement à l’amortissement du paiement initial (up-front payment) de 7,6 millions d’euros reçu au titre du contrat signé avec Eli Lilly sur le développement d’une formulation d’insuline analogue ultra rapide.

Compte tenu du stade de développement des projets, aucun revenu lié aux contrats de recherche  n’a été comptabilisé sur les six premiers mois de l’année 2013. Sur la même période 2012, un montant de 1,4 million d’euros avait été comptabilisé.

Les autres produits opérationnels sont principalement constitués du Crédit d’Impôt Recherche pour un montant total de 1,8 million d’euros contre 1,6 million d’euros  au 30 juin 2012. Cette augmentation s’explique principalement par l’augmentation des dépenses de recherche et développement éligibles sur la période concernée.


Charges opérationnelles

En milliers d’euros-Normes IFRS

30/06/2013

30/06/2012

Dépenses de recherche et de développement

(6 460)

                       (5 094)

Frais généraux

(926)

(776)

Charges opérationnelles

(7 386)

(5 870)

Les charges opérationnelles augmentent de 26%, soit +1,5 million d’euros, passant de 5,9 millions d’euros pour les six premiers mois de l’exercice 2012 à 7,4 millions d’euros pour les six premiers mois de l’exercice 2013 :

Près de 87% de charges opérationnelles portent sur des dépenses en recherche et développement et traduisent l’intensification des efforts portés sur les différents projets du portefeuille.

Les dépenses externes représentent plus de 53% du total des charges opérationnelles de R&D et sont en hausse de 28% par rapport aux six premiers mois de l’année. Ce poste se compose essentiellement de coûts de sous-traitance liés aux études précliniques et cliniques.

Les charges de personnel représentent le deuxième poste de dépenses avec plus de 38% du total. L’augmentation de 29% par rapport aux six premiers mois de l’année 2012 reflète les embauches réalisées en 2012 pour soutenir la croissance de la société et supporter les projets.

Eléments de bilan

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant