Adnan Januzaj, à la croisée des chemins

le
0
Adnan Januzaj, à la croisée des chemins
Adnan Januzaj, à la croisée des chemins

Aligné lors des trois dernières sorties de Manchester United, Adnan Januzaj, après une saison compliquée, ne sait toujours pas de quoi son avenir sera fait. Compliqué à un an de l'Euro, son objectif affiché.

Nous sommes le 13 mai 2014, et lorsqu'il entend son nom sortir de la bouche de Marc Wilmots, qui annonce alors les 24 noms retenus pour faire partie du voyage au Brésil, Adnan Januzaj peut pousser un grand soupir de soulagement. Pour un garçon dont la vie a décidé de démarrer à 200 à l'heure, l'année écoulée aura eu l'effet d'un accélérateur de particules, le genre de saisons qui vous forcent à passer du statut d'adolescent à celui d'homme. Révélé au grand public un soir d'octobre, par un doublé salvateur sur la pelouse du Stadium of Light de Sunderland (victoire 1-2), Januzaj aura été la principale satisfaction d'une saison en tous points morose pour David Moyes et des Red Devils en perte de repères. Mais voilà, avec le succès viennent les emmerdes, et après d'innombrables rumeurs de transferts ou autres histoires de tabloïds accompagnant ses premiers pas prometteurs, suit un feuilleton interminable sur son choix de sélection nationale, Januzaj pouvant à l'époque choisir de défendre les couleurs de pas moins de six pays différents.

Un homme pressé


Alors, quand il entend son nouveau sélectionneur entériner définitivement le débat devant les caméras - "Il a suffisamment de potentiel. Avec lui, on peut jouer plus offensivement. Je ne sais pas s'il jouera au Brésil, mais c'est un grand talent" -, Januzaj peut se concentrer sur son nouvel objectif : devenir titulaire avec les Diables pour l'Euro 2016, et se préparer à entrer dans une nouvelle dimension. Dans la bonne logique des choses, il hérite, dans la foulée de son Mondial, du mythique numéro 11 de Ryan Giggs à Manchester United. Bref, pour Adnan, tout va toujours très vite. Trop ? Peut-être, car si Louis van Gaal est un admirable dénicheur et couveur de talents, il sait également se montrer intransigeant, avec tous ses joueurs, qu'ils aient 16 ou 37 ans. Après quelques apparitions en début de saison dernière, la pépite retrouve ainsi rapidement le banc. Est-ce une manière de dégonfler un boulard naissant ? Difficile de savoir, toujours est-il que s'il affirme publiquement que Januzaj possède un immense potentiel, Van Gaal n'hésite pas à faire comprendre à son joueur qu'il le trouve également trop indiscipliné tactiquement. Surtout, le Batave fait comprendre à son prodige qu'il multiplie les touches de balles inutiles, tout en perdant trop de ballon dans la moitié de terrain adverse.



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant