Adil, expert contre les douleurs

le
0
Adil, expert contre les douleurs
Adil, expert contre les douleurs

Son Euro s'est terminé sur une glissade et un carton jaune malvenus contre l'Irlande. Mais malgré l'éclosion de Samuel Umtiti ou le retour de Raphaël Varane, Adil Rami a été appelé par Didier Deschamps pour la rentrée de l'équipe de France. Logique sportive ou jurisprudence de la "dynamique de groupe" ?

Il est arrivé dans la liste pour l'Euro par la fenêtre, à la faveur d'une cascade de forfaits en défense centrale. Mais bien qu'invité de dernière minute, il a commencé le tournoi comme titulaire aux côtés de Laurent Koscielny avant de le terminer sur le banc. La faute à un match raté contre l'Irlande et à une suspension pour les quarts dont Samuel Umtiti a pleinement profité. Il semblait donc logique qu'Adil Rami disparaisse des 23 pour la rentrée de l'équipe de France. Mais entre le retour de Raphaël Varane, les déboires anglais d'Eliaquim Mangala ou Mamad Sakho, et l'indifférence de Didier Deschamps à l'égard d'Aymeric Laporte, l'ancien employé de la mairie de Fréjus est bien là. À trente ans, il ne représente pas forcément l'avenir, ce qui peut relativiser son utilité comme doublure, surtout quand on considère que sa convocation pourrait pousser Laporte à accepter les avances de l'équipe d'Espagne. Mais le sélectionneur ne l'a pas repris juste pour taper sur les nerfs du Basque.

"Il va progresser avec Sampaoli." Claude Fichaux


Dans une défense largement rajeunie sur les ailes – Kurzawa, Corchia et Sidibé arrivent –, on peut penser que Deschamps ne voulait pas ajouter un néophyte de plus dans son arrière-garde. Mais plutôt un quatuor stable et expérimenté. Le défenseur de Séville a déjà bien roulé sa bosse, mais n'a pas encore la même épée de Damoclès au-dessus du crâne que les vétérans Patrice Évra (trente-cinq ans) et Bacary Sagna (trente-trois ans). "Il aura trente-deux ans en 2018, cela veut dire qu'il sera encore compétitif, peut-être même meilleur qu'aujourd'hui, car il va progresser avec Sampaoli", assure Claude Fichaux, qui a eu le joueur à Lille quand il y était l'adjoint de Rudi Garcia, avec un doublé Coupe-championnat à la clé en 2011. Le technicien a forcément de bons souvenirs footballistiques du Franco-Marocain, qui "est revenu à un très bon niveau avec le FC Séville, même s'il s'était un peu perdu au Milan". Sa saison passée, ses matchs européens, son arrivée au pied levé à l'Euro 2016 où il a eu un rôle actif, tout cela tend à légitimer la présence de son ancien protégé. "De part son expérience, de part la confiance en lui qu'il dégage, il ne pourra qu'aider les jeunes arrivants à se sentir bien, et puis même s'il ne se contentera pas d'un statut de remplaçant,…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant