Adidas déficitaire au 4e trimestre mais relève son dividende

le
0
ADIDAS PLOMBÉ PAR REEBOK AU 4E TRIMESTRE
ADIDAS PLOMBÉ PAR REEBOK AU 4E TRIMESTRE

BERLIN (Reuters) - Adidas, deuxième groupe mondial d'articles de sport derrière Nike, a enregistré une perte d'exploitation inattendue au titre du dernier trimestre de son exercice 2012, en raison de dépréciations liées aux mauvaises performances de sa marque Reebok.

Le groupe allemand a fait état jeudi d'une perte d'exploitation de 239 millions d'euros, alors que les analystes attendaient en moyenne un bénéfice opérationnel de 28,6 millions.

Adidas a en outre enregistré un chiffre d'affaires de 3,37 milliards d'euros au cours du dernier trimestre 2012. Le consensus l'attendait à 3,44 milliards.

Pour l'exercice 2013, Adidas dit s'attendre à une croissance de ses ventes dans le milieu de la fourchette à un chiffre par rapport aux chiffre d'affaires record de 14,9 milliards enregistré en 2012.

Le dividende sera proposé à 1,35 euro contre 1,25 euro prévu par le consensus des analystes. L'an dernier, un dividende d'un euro avait été versé.

Quelques minutes après l'ouverture, l'action prenait 1%.

Une charge de survaleur de 265 millions d'euros avant impôts a été passée afin de refléter les performances médiocres de sa filiale Reebok.

Reebok n'est pas parvenu à imposer sur le marché son concept de chaussures censées muscler le corps. Le groupe a également pâti d'une fraude découverte chez une filiale indienne ainsi que du lock-out décidé dans la NHL, le championnat élite de hockey nord-américain.

Adidas, qui a racheté Reebok en 2005 pour 3,5 milliards de dollars cherche par tous les moyens à réduire le fossé qui le sépare de Nike notamment en repositionnant Reebok sur le segment fitness dédié aux activités allant de l'aérobic au yoga en passant par la danse.

Mais après deux trimestres de diminution des ventes, Adidas a annoncé en novembre une révision à la baisse de son objectif de chiffre d'affaires pour Reebok.

Au quatrième trimestre, la filiale a enregistré une chute de 12% de ses ventes, avec notamment un plongeon de 18% dans le segment hockey provoqué par le lock-out en NHL.

Victoria Bryan, Julien Dury pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant