Adecco voit l'euro faible tirer la demande dans l'intérim

le
0

* Rebond du C.A. en janvier et février * Résultat net de 185 millions d'euros au-dessus du consensus * Objectif de marge 2015 confirmée (Actualisé avec DG et directeur financier, cours de Bourse) BERLIN, 11 mars (Reuters) - Adecco ADEN.VX s'attend à ce qu'un euro faible tire la demande d'intérim des entreprises exportatrices en Europe, ce qui doit lui permettre en principe d'atteindre son objectif de marge en 2015 après avoir publié un bénéfice au-dessus des attentes au quatrième trimestre. Les agences d'emploi intérimaire comme Adecco et sa concurrente néerlandaise Randstad RAND.AS sont considérées comme un bon baromètre de la santé économique car les entreprises ont tendance à recourir à l'intérim en début de reprise économique. Le chiffre d'affaires d'Adecco a rebondi en janvier et février, soutenu par de meilleures perspectives en Europe et au Japon. Hors effet de change, la croissance des ventes avait ralenti à 2% au quatrième trimestre, à 5,17 milliards d'euros, après une progression de 4% le trimestre précédent, retrouvée sur les deux premiers mois de l'année. Le bénéfice net est ressorti au-dessus du consensus au quatrième trimestre, à 185 millions d'euros contre 174 millions un an auparavant. Le consensus le donnait à 153 millions. "L'Europe revient en territoire positif. Avec ces perspectives économiques, nous voyons une nouvelle amélioration de nos chiffres de croissance", a déclaré à Reuters Patrick De Maeseniere, le directeur général d'Adecco. Selon lui la demande a été "très forte" en Italie et en Espagne. Le premier groupe mondial d'intérim a dit être en bonne voie pour atteindre son objectif d'une marge d'Ebita (résultat avant intérêts, impôt et amortissements) de plus de 5,5% cette année. Cette marge était de 5,3% au quatrième trimestre. A la Bourse de Zurich, l'action Adecco, qui a gagné plus de 9% depuis le début de l'année, progressait encore de 3,57% vers 9h50 GMT. L'Europe, qui représente 60% du chiffre d'affaires d'Adecco, donne des signes de redressement anticipé alors même que la Banque centrale européenne (BCE) a lancé lundi son vaste programme d'assouplissement quantitatif (QE). Adecco s'attend à ce que la faiblesse de l'euro, tombé à un plus bas de 12 ans face au dollar, se traduise par des commandes plus élevées chez les industriels. "C'est seulement une question de temps pour que les entreprises exportatrices en Allemagne commencent à ré-accélérer", a déclaré à Reuters Dominik de Daniel, directeur financier du groupe d'intérim. Le groupe, basé à Lausanne, propose par ailleurs un dividende de 2,10 francs suisses par action sur les comptes de 2014, en hausse de 5%. Le dividende sur les résultats de 2013 avait été augmenté de 11%. (Caroline Copley, Wilfrid Exbrayat et Claude Chendjou pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant