Addiction: les joueurs d'argent en ligne davantage menacés

le
0
Addiction: les joueurs d'argent en ligne davantage menacés
Addiction: les joueurs d'argent en ligne davantage menacés

Trentenaire, diplômé et cadre mais plus menacé par l'addiction qu'un turfiste ou un joueur du Loto : l'internaute français, adepte des jeux d'argent en ligne, risque davantage de basculer vers le jeu excessif que le joueur français traditionnel.L?Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et l?Observatoire des jeux (ODJ) ont publié jeudi une étude inédite sur les internautes misant sur les jeux d'argent et de hasard (JAH). Cette étude dresse leur portrait-robot et analyse leurs pratiques à partir de deux enquêtes menées à la fin de l?année 2012.Selon les résultats de la première enquête réalisée sur un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, 3,7% des personnes interrogées, soit 2 millions de personnes, déclarent avoir joué à un JAH en ligne au cours des 12 mois précédant l?enquête.Un quart de ces joueurs misent exclusivement en ligne. 45% des joueurs en ligne jouent au moins une fois par semaine contre 23% pour l?ensemble des joueurs.La seconde enquête a été conduite auprès d'un échantillon d'internautes joueurs représentatif de la structure sociodémographique de l'ensemble des internautes français.La pratique des JAH en ligne est, comme celle des jeux traditionnels, surtout le fait des hommes (57%). Les paris sportifs autorisés sur 8 sites agréés sont les activités les plus masculines. Si les jeux de casino et les machines à sous - interdits en ligne en France - sont pratiqués par les deux sexes, les jeux de grattage et de tirage - également interdits en ligne - concernent, en revanche, plus souvent les femmes.Internet apparaît davantage utilisé par les jeunes générations. Ainsi l?âge moyen lors de la première expérience de jeu en ligne est de 33 ans. Il est inférieur chez les joueurs de poker (15 sites agrées) et plus tardif concernant les paris hippiques (8 sites). Joueurs en ligne: de 208 à plus de 1.200 euros par an Si l'on compare les résultats de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant