Adblock va diffuser de plus en plus de publicités répondant à ses propres critères

le
0
Adblock va diffuser de plus en plus de publicités répondant à ses propres critères
Adblock va diffuser de plus en plus de publicités répondant à ses propres critères

Eyeo, l'éditeur allemand du célèbre bloqueur de publicité Adblock plus, a surpris son monde en annonçant le lancement d'une nouvelle plate-forme publicitaire, destinée à collecter et afficher des annonces "acceptables".L'idée est surtout de simplifier l'accès pour les annonceurs à la fameuse liste blanche d'Adblock Plus, laquelle autorise l'affichage de certaines publicités, selon des critères prédéfinis qui ne devront pas nuire à la consultation des pages concernées et moyennant une commission d'environ 30% sur les revenus engendrés.

Une publicité acceptable par Adblock Plus doit donc répondre à des principes tant de placement que de taille, sachant qu'elle doit bien se distinguer du contenu d'un site sans pour autant nuire à sa consultation et être appropriée au contenu auquel elle est associée. Les annonceurs peuvent soumettre dès à présent leurs nouvelles campagnes même si la plate-forme est encore en version bêta et ne devrait être pleinement active que d'ici quelques semaines.

Quel que soit l'engouement des annonceurs pour cette solution, Eyeo garantit que les internautes qui continueront d'utiliser Adblock Plus ne verront pas plus de publicités qu'avant à l'écran, mais qu'elles seront plus ciblées et encore moins intrusives. Ils pourront même toujours continuer, s'ils le souhaitent, à bloquer absolument toutes les publicités, sans exception.

Selon son éditeur, Adblock Plus serait actif sur plus de 100 millions de terminaux connectés dans le monde.

Une étude de l'Ipsos pour IAB France a révélé que 30% des internautes français avaient équipé début 2016 leur ordinateur d'un système permettant de passer outre les publicités. Le niveau d'équipement varie selon les tranches d'âge et les plus jeunes s'avèrent être les plus accros à ce type de solutions (53% chez 16-24 ans). Il y a un an, une autre étude publiée par comScore signalait que les Français étaient les plus adeptes de l'utilisation de ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant