Adam Ounas, l'étincelle bordelaise

le
0
Adam Ounas, l'étincelle bordelaise
Adam Ounas, l'étincelle bordelaise

Embringués dans une saison aussi fade qu'un pack de nuggets sans sauce, les Girondins voient en l'éclosion d'Adam Ounas le condiment capable de mettre un peu de folie dans cet interminable repas. Parce que sur ou en dehors du terrain, il peut toujours se passer quelque chose avec l'ailier bordelais.

Mercredi dernier, Adam Ounas a dû être surpris, en se connectant à son compte Twitter. Au milieu de nombreux messages le félicitant pour sa grosse performance quelques minutes plus tôt face à Monaco, de nombreux internautes facétieux ont pris un malin plaisir à retweeter des messages postés il y a quelques années par le jeune homme de dix-neuf ans. Des gazouillis aux contenus pas franchement embarrassants, comme avaient pu l'être ceux des jeunes joueurs du Paris Saint-Germain déterrés la saison passée. Pour l'essentiel, des punchlines de ses rappeurs préférés se mélangent avec des comptes-rendus de ses aventures auprès de la gent féminine. En somme, le fil Twitter d'un adolescent lambda, qui vit son époque en tapotant sur son smartphone. Oui, mais voilà : depuis quelques semaines, et une dizaine de sorties sur les pelouses, Adam Ounas n'est plus un ado lambda. Et dans la nuit de mercredi à jeudi, son compte Twitter a été désactivé.

Le festival contre Monaco

Deux titularisations en Ligue 1, sept entrées en jeu et deux buts, inscrits contre Lorient pour sa première avec les pros, et face à Troyes, auront suffi à convaincre le board bordelais d'offrir un contrat professionnel à Adam Ounas. Exit ce numéro 33 impersonnel, c'est désormais au-dessus du 22 que s'affiche le nom du gaucher depuis le 10 décembre dernier. Cette tunique personnalisée, c'est donc lors de ce fameux match de Coupe de la Ligue face à Monaco, qu'Ounas la porte pour la première fois. Et il lui fait honneur, contre le club qui l'avait sollicité lorsqu'il avait treize ans. Frappe des 30 mètres sous la barre de Nardi, slalom dans la défense avant d'ouvrir le score, petit pont sur Wallace dans la surface... Durant les 74 minutes qu'il passe sur la pelouse du nouveau stade de Bordeaux, le jeune homme fait la totale aux hommes de Jardim, qu'il transforme en plots. Depuis, le nom du nouvel espoir bordelais, qui détonne au milieu de cette équipe sans génie, est sur toutes les lèvres. Surtout qu'il n'y a pas que balle au pied, que le natif de Chambray-lès-Tours intrigue.

Forcé à la discrétion

C'est lors d'un match organisé pour les jeunes joueurs exclus de centres de formation que les recruteurs bordelais, Yannick Stopyra et Arnaud Vaillant, repèrent la pépite, avant de lui faire signer un contrat d'aspirant aux Girondins en avril 2013. À…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant