Activision vendu à cause de certains «jeux violents»

le
0
Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi, explique dans un entretien au Monde les raisons qui ont conduit aux cessions de Maroc Telecom et d'Activision-Blizzard.

«Call of Duty» a beau être l'une des séries de jeux vidéo les plus lucratives au monde, le caractère violent de ses aventures a heurté des administrateurs de Vivendi. A tel point que la décision de vendre Activision-Blizzard, le premier éditeur de jeux vidéo au monde, a été facile à prendre. Dans un entretien au quotidien Le Monde, daté du 5 octobre, Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance du groupe français des médias revient sur les récentes cessions du groupe français, Maroc Telecom et Activision Blizzard. Et d'expliquer: «On devait absolument réduire l'endettement de Vivendi. Pour cela il fallait vendre des actifs. Le conseil a vite décidé de céder Activision et Maroc Telecom, c'était clair. Dans le cas d'Activision, le caractère violent de certai...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant