Actions : Edram maintient sa surpondération de la zone euro malgré le Brexit

le
0

(AOF) - Benjamin Melman, directeur allocation d’actifs et dettes souveraines chez Edmond de Rothschild AM (Edram) en est convaincu : "L’Europe dispose des ressources pour rebondir" après la mauvaise surprise de la victoire du Brexit lors du référendum britannique. D'un point de vue économique d'abord, la dynamique est certes négative à court terme - la baisse de la livre va pénaliser les entreprises qui exportent vers la Grande-Bretagne depuis la zone euro - mais les conséquences à moyen terme dépendront des accords qui seront signés entre le Royaume-Uni et l'Europe.

Sur le plan politique ensuite, "le risque est que les marchés anticipent une poursuite du délitement de l'Europe et peut-être à nouveau de la monnaie unique", prévient Benjamin Melman chez Edram. Toutefois, le gérant rappelle qu'une sortie d'un Etat membre de la zone euro, qui ferait peser un risque systémique plus important, reste plus difficile.

De plus, "le Royaume-Uni a freiné jusqu'ici l'approfondissement de l'Union européenne. Or, a minima, dans le cadre des pays membres de la monnaie unique, elle semble incontournable. Suite à la décision britannique, un obstacle important vient d'être levé. Il reste à savoir s'il demeure un capital politique suffisant dans les pays cœur de l'Europe pour poursuivre dans cette direction. Des initiatives devraient être annoncées prochainement pour réformer l'Europe. Nous aurons l'occasion ces prochaines semaines de mesurer la véritable direction que prendra l'Europe suite à ce tsunami politique", ajoute le directeur allocation d'actifs et dettes souveraines chez Edmond de Rothschild AM.

En termes d'allocation d'actifs, Edram maintient sa surpondération des actions de la zone euro. "Si les actions de la zone euro restent volatiles et sous-performent le reste des marchés, il nous semble que les fondamentaux vont revenir sur le devant de la scène, leur permettant de rebondir à moyen terme. Nous n'augmentons pas nos positions, le manque de visibilité pouvant encore détruire de la valeur à court terme", précise Benjamin Melman. Le gestionnaire d'actifs apprécie aussi les obligations à haut rendement et le dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant