Action directe : Jean-Marc Rouillan en liberté conditionnelle

le
0
L'ancien leader du groupe terroriste Action directe a décidé de reprendre le militantisme, cette fois au Nouveau parti anticapitaliste.

La fin d'une époque. Ou presque... Vendredi, Jean-Marc Rouillan, dernier membre du groupe armé Action directe derrière les barreaux, a bénéficié d'une liberté conditionnelle. Après avoir rendu à la prison des Baumettes son bracelet électronique et un appareil de ­surveillance de probation, l'ancien du groupuscule terroriste d'extrême gauche a assisté à une action du Nouveau parti anticapitaliste, où il milite dans le cadre de la campagne des élections ­législatives, sur la Canebière. Le militantisme politique est toujours d'actualité pour ce symbole de l'extrême gauche qui vient de passer vingt-quatre ans en prison.

Arrêté en 1987 avec les trois autres principaux membres du groupe, Jean-Marc Rouillan a été condamné en 1989 et en 1994 à la réclusion criminelle à perpétuité pour les assassinats du PDG de Renault Georges Besse en 1986 et de l'ingénieur général de l'armement René Audran en 1985.

«La vie qui continue»,

«C'est la vie qui continue», a ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant