Acquitté, il serait confondu par l'ADN 27 ans après

le
5
ACQUITTE, IL SERAIT CONFONDU PAR SON ADN 27 ANS APRÈS
ACQUITTE, IL SERAIT CONFONDU PAR SON ADN 27 ANS APRÈS

PARIS (Reuters) - Le parquet de Nancy a rappelé jeudi que l'acquittement de Jacques Maire en 2008 pour le meurtre d'une femme de 22 ans en janvier 1987 en Meurthe-et-Moselle était définitif en dépit d'une expertise ADN supposée le confondre 27 ans plus tard.

L'instruction sur cet assassinat se poursuit mais les décisions prononcées de façon définitive "ne peuvent qu'être prises en compte, et constituent les limites des mesures pouvant être ordonnées", dit Thomas Pison dans un communiqué.

Jacques Maire a réaffirmé pour sa part son innocence. "Je suis innocent, ça ne me perturbe pas", a-t-il dit à des journalistes. "Je n'ai rien à me reprocher. Moi aussi, je veux savoir qui est le coupable", a-t-il ajouté, rappelant qu'il avait fait 28 mois de prison dans cette affaire.

Selon L'Est Républicain, une comparaison d'ADN, à la demande de la famille de la victime, Nelly Haderer, retrouvée tuée de deux balles de 22 Long Rifle et découpée dans une décharge, aurait isolé le profil de Jacques Maire.

Le quotidien précise que la requête, formulée en septembre dernier, portait sur la comparaison d'une empreinte génétique provenant d'une tache de sang découverte tardivement sur le jean's de la jeune femme, avec 16 des protagonistes présumés du dossier, dont Jacques Maire, et les délinquants inscrits au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Pour le procureur de Nancy, il s'agit "d'une regrettable divulgation en violation du secret de l'instruction".

Selon Me Pierre-André Babel, l'un des avocats de la famille de Nelly Haderer, cette dernière est "sous le choc".

"On ne s'attendait pas à une réponse aussi rapide puisque la demande de comparaison d'ADN avec l'ensemble des protagonistes du dossier a été faite en septembre et le juge y a fait droit il y a un peu moins de 15 jours", a-t-il dit suri>TÉLÉ.

TROIS PROCES

Le défenseur a souligné qu'un recours en révision n'était pas possible pour des victimes.

Le député UMP Georges Fenech a cependant annoncé qu'il déposerait le 27 février un amendement permettant au parquet de rouvrir une enquête pénale sur des charges nouvelles après un acquittement ou une relaxe.

L'un des avocats de Jacques Maire, Me Liliane Glock, a fait part de son côté de son scepticisme, évoquant une possible contamination des scellés.

"On aimerait bien avoir des indications plus précises", a-t-elle dit à Reuters. "Il faudrait admettre que cette tache a été découverte au bout de 27 ans, qu'on ne l'aurait pas vue pendant 27 ans", a-t-elle poursuivi.

"On vient maintenant nous dire qu'elle contiendrait de l'ADN de Jacques Maire, on ne sait pas exactement comment. Tout cela me paraît mériter discussion", a-t-elle ajouté.

A la suite d'un long parcours judiciaire, Jacques Maire avait été condamné en novembre 2004 à 15 ans de prison pour l'enlèvement et la séquestration en 1983 d'une jeune femme, Odile Busset, dont le corps ne sera jamais retrouvé, mais acquitté du meurtre de Nelly Haderer.

En octobre 2006, il était reconnu coupable en appel des deux affaires et condamné à 20 ans de réclusion.

La chambre criminelle de la Cour de cassation casse l'arrêt en 2007 pour vice de procédure. Rejugé en octobre 2008, Jacques Maire est acquitté par la cour d'assises de la Moselle.

"Le recours en révision n'est ouvert qu'aux personnes qui ont été condamnées, mais il n'y a pas de recours en révision possible pour les victimes", a dit Me Pierre-André Babel. "On va trouver toutes les solutions possibles pour que ça puisse avancer, pour que cette affaire n'en reste pas là".

Sophie Louet, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le jeudi 30 jan 2014 à 18:19

    Le procureur a raison : il ne faut pas ébruiter cette affaire car alors le peuple n'aura plus confiance en sa justice. Il faut aussi ajouter que le criminel a touché 200.000€ pour détention injustifiée! ouarf la belle justice...

  • d.gui44 le jeudi 30 jan 2014 à 18:09

    C'est a la famille de réagir.

  • M7403983 le jeudi 30 jan 2014 à 18:00

    Ah cette sacrée justice, et ce n'est pas fini ... voir la Taubira

  • mucius le jeudi 30 jan 2014 à 17:57

    Quelle justice! Ce mot n'a pas de sens dans ce pays.

  • cac1000 le jeudi 30 jan 2014 à 16:23

    En France, la justice protège les assassins.