Acheter un billet Paris-Berlin: que propose vraiment Google ?

le
0
Acheter un billet Paris-Berlin: que propose vraiment Google ?
Acheter un billet Paris-Berlin: que propose vraiment Google ?

En tapant "avion Paris-Berlin" dans le moteur de recherche Google, l'utilisateur s'imagine avoir accès à une sélection pertinente de l'offre des compagnies aériennes. En réalité, la page qui s'affiche est hiérarchisée selon une logique propre à Google, et contre laquelle la Commission européenne a lancé l'offensive mercredi.En tête des quelque 1,35 million de résultats, des annonces dites "sponsorisées", signalées par un onglet jaune. Tout comme les occurrences qui apparaissent dans la colonne de droite, ces résultats n'arrivent pas là par hasard: les propriétaires des sites indexés ont payé Google, ou plutôt sa régie de publicité, Adwords.Les clients de Google "achètent" des mots-clés pour que leurs liens apparaissent. Ensuite, c'est principalement celui qui paye le plus cher qui est placé le plus haut, selon un système d'enchères, explique Jonathan Vidor, président de Jvweb, société spécialisée dans le référencement sur Google. Selon lui, en France par exemple un simple clic se monétise entre 70 et 80 centimes d'euro.Mais ce ne sont pas ces liens qui dérangent la Commission européenne dans les poursuites qui font l'actualité ce mercredi. C'est l'encadré placé en-dessous, qui indexe les "Vols de Paris à Berlin": il s'agit du service Google Flights, le comparateur de vol du moteur de recherche.Car avant-même la recherche dite "naturelle" ou "organique", c'est-à-dire le fil qui se déroule en-dessous, Google met en avant ses propres services, avant ceux d'Expedia, Edreams, Opodo ou Ebookers, autres concurrents dans le secteur aérien.C'est d'ailleurs Expedia, aux côtés notamment de Microsoft, Oracle et Tripadvisor, qui a porté plainte fin 2010 auprès du gendarme européen de la concurrence contre le groupe américain. Après des années de conciliation, Bruxelles est passé mercredi à l'offensive, accusant Google d'abus de position dominante, ce qui pourrait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant