Acheter ses vacances aux enchères, c'est tendance !

le
0

La start-up bordelaise Loisirs Enchères propose d'acheter sur son site, ou via l'application, des séjours et des prestations de loisirs aux enchères. Pièce de théâtre, massage ou saut à l'élastique, il n'y a pas de montant minimum pour enchérir.

Adjugé? Vendu! Le principe des enchères s'adapte désormais à vos vacances. Pour partir à petits prix, la start-up Loisirs Enchères, née il y a deux ans, propose d'acheter des séjours où des activités loisirs, aux enchères. «L'idée par d'un constat simple: il y a des promotions toute l'année, on perd la valeur des choses, explique Thomas Boisserie, l'un des co-fondateurs de la start-up. On voulait remettre au cœur de l'achat la loi de l'offre et de la demande et sortir de l'ambiance tête de gondole».

Billets de théâtre, séjour au Sri Lanka, restaurant gastronomique ou encore soin oriental, «nous proposons des produits de charmes, atypiques et insolites», ajoute-t-il. L'utilisation est simple: le client qui souhaite enchérir se rend sur le site de Loisirs Enchères, où télécharge l'application, et se créé un compte. Il peut ensuite enchérir, sans montant minimum. «Le client ne paie que s'il remporte l'enchère», note Thomas Boisserie. La durée de l'enchère peut varier de 5 minutes à 2 semaines.

Côté partenaires, le site en compte pour l'instant 1200, et 400 destinations de séjour en France, dans le bassin méditerranéen et en Asie principalement. Les partenaires intéressés contactent la start-up pour leur proposer leurs produits. «Imaginons un gite, qui est plein 60% de l'année. Les enchères peuvent permettre de remplir les 40% restants, ajoute le co-fondateur. On fait des tests pour déterminer la durée moyenne de l'enchère afin d'atteindre le montant souhaité par le partenaire». Concrètement, un gîte souhaite par exemple atteindre une cinquantaine d'euros par nuit et décide de faire un test sur une centaine de nuitée. Il se peut que certaines enchères se clôturent en dessous du prix souhaité, mais d'autres au-dessus. «Sur la moyenne, le partenaire s'y retrouve». Évidemment, plus le nombre de clients présents sur le site est important, plus l'enchère peut monter.

Pour remporter le gros lot, à chacun sa méthode. Certains attendent le dernier moment pour renchérir et être quasiment certains de remporter la mise, d'autres mettent dès le départ le prix qu'ils sont prêts à payer et espèrent ainsi décourager la concurrence. Au prix de l'enchère se rajoute tout de même des frais de dossier, qui permettent à la start-up de se rémunérer. La jeune entreprise est d'ailleurs plein d'ambition. Elle compte aujourd'hui 20 salariés et veut «être dans le top 10 des sites d'e-commerces, d'ici quatre ans».

»» Lire aussi: Voyage à l'étranger: quelle assurance santé comprend ma carte bancaire

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant