Achat immobilier : les Français freinés par la conjoncture et le difficile accès au crédit

le
0
62% de Français jugent le contexte économique actuel "peu" ou "pas du tout" favorable à l'achat immobilier. Sean Locke Photography /shutterstock.com
62% de Français jugent le contexte économique actuel "peu" ou "pas du tout" favorable à l'achat immobilier. Sean Locke Photography /shutterstock.com

(AFP) - Une majorité de Français estiment que la conjoncture économique n'est pas propice à l'achat immobilier et jugent les prêts difficiles à obtenir, selon un sondage Ifop pour la Fnaim publié jeudi.

Selon ce 14e baromètre, six Français sur dix (62%) jugent le contexte économique actuel "peu" ou "pas du tout" favorable à l'achat immobilier, soit 8 points de plus qu'un an plus tôt. Mais une courte majorité (54%) voit davantage d'opportunités qu'hier de "réaliser de bonnes affaires immobilières" (-4 points).

Et les trois quarts (76%) des sondés estiment que les prix de vente vont "baisser ou rester stables" d'ici la fin de l'année.

A fin juin sur un an, les prix ont reculé de 1,9% en France (-1,8% en province et -2,2% en Ile-de-France), selon les chiffres compilés par la Fnaim. Pour les appartements, le prix moyen au m2 s'établit à 3.216 euros en France (-2,5%), à 4.988 euros en Ile-de-France (-2,8%) et 8.527 euros (-2,2%) à Paris. Pour les maisons, il est de 2.076 euros (-1,4%) en France, et 3.050 euros en Ile-de-France (-1,4%).

En dépit de taux historiquement bas, les prêts immobiliers sont perçus comme moins accessibles et moins attractifs qu'il y a un an : seuls 24% des Français interrogés les jugent "faciles" à obtenir (contre 28% en juin 2013) et 58% les trouvent "attractifs" (contre 75%).

Selon cette étude, 42% des 25-34 ans sont propriétaires de leur logement (contre 58% de la population dans son ensemble) et, parmi les autres, seuls 25% envisagent de le devenir à court terme, cette année ou l'an prochain.

Ceux qui n'envisagent pas de devenir propriétaires invoquent des "prix élevés", la "crainte de s'endetter trop longtemps", le "manque d'aide financière", la "difficulté d'accès au crédit" et des "revenus insuffisants".

Dans cette tranche d'âge, pour près d'un Français sur deux (1 sur 4 dans la population), qu'il soit locataire ou propriétaire, le budget logement absorbe 30% à 39% des revenus. Il engloutit entre 40% et 59% des revenus de près de deux Français sur dix (19%) âgés de 25 à 34 ans. Et le budget logement atteint ou dépasse 60% des revenus pour 9% d'entre eux.

Cette étude a été réalisée par internet du 11 au 16 juin, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon national représentatif de 864 Français âgés de 25 ans et plus.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant