Accusé de faire vivre un enfer à ses employés, Amazon réplique

le
0
Accusé de faire vivre un enfer à ses employés, Amazon réplique
Accusé de faire vivre un enfer à ses employés, Amazon réplique

«Pratiquement toutes les personnes avec qui j'ai travaillé ont pleuré en face de moi», témoigne Bo Olson. Cet ancien travailleur de l'entreprise Amazon et plusieurs dizaines comme lui, ont choisi de se confier au New York Times. Dans une enquête fleuve, le quotidien raconte les conditions de travail déplorables de centaines de cadres au sein d'Amazon, géant du commerce électronique.

Un article qui a suscité une vive émotion et créé un vrai débat outre-Atlantique. L'enquête décrit un environnement hostile où les salariés sont dressés les uns contre les autres pour améliorer la productivité. On y apprend qu’il existe un système officiel de critique entre les employés et que certains s'en servent pour essayer de se débarrasser de certains collègues.

Les événements familiaux ne doivent pas affecter la vie professionnelle. «Une femme qui venait d'accoucher d'un enfant mort-né s'est vue contrainte d'être suivie dans ses tâches au cas où sa vie personnelle prendrait le pas sur ses performances. Les pères ont peur d'être remplacés par plus jeunes qu'eux s'ils ne travaillent pas autant malgré la naissance de leur enfant.»

«Je ne reconnais pas cet Amazon»

Le célèbre patron-fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, n'a pas tardé à riposter. Dans une lettre adressée à ses salariés, il explique que «l'article ne décrit pas Amazon tel que je le connais, ni les charmants "amazoniens" avec lesquels je travaille». Et il demande même à ses 150 000 salariés de «remonter aux ressources humaines toute expérience de ce type.»

Bezos poursuit. «Le New-York Times affirme que notre approche intentionnelle consiste à créer un lieu de travail sans âme, dystopique, où on ne s'amuse pas et où on n'entend pas de rires. Je ne reconnais pas cet Amazon, et j'espère vraiment que vous non plus. Plus généralement, je ne pense pas qu'une entreprise adoptant l'approche décrite pourrait survivre, et encore moins ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant