Accusé de conflit d'intérêt, un conseiller de Taubira quitte ses fonctions

le
3
Accusé de conflit d'intérêt, un conseiller de Taubira quitte ses fonctions
Accusé de conflit d'intérêt, un conseiller de Taubira quitte ses fonctions

Un conseiller de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, accusé de «conflit d'intérêt» par un député UMP et mis en cause par diverses publications, a annoncé ce vendredi qu'il quittait son poste et attaquait plusieurs hebdomadaires.

Jean-François Boutet, «conseiller spécial» de la garde des Sceaux, explique avoir eu l'intention de quitter son poste à la chancellerie «à la veille de l'audience du 9 juillet 2014 à laquelle est appelée l'action en diffamation qu'(il a) engagée contre l'hebdomadaire L'Express». Le magazine avait affirmé en mars dernier qu'il était le compagnon de la ministre, dont Jean-François Boutet écrit «n'avoir jamais partagé l'intimité».

Et alors que l'hebdomadaire people Closer a affirmé de son côté qu'il se servait d'une voiture de fonction du ministère pour des déplacements privés, assurant notamment qu'il l'avait utilisée pour une course avec sa fille, il indique avoir «demandé à (son) avocat d'assigner sans délai le magazine Closer», affirmant n'avoir «jamais eu» de fille.

Dénonçant une «boue médiatique» qui «n'a comme seul but de tenter de fragiliser la garde des Sceaux», Jean-François Boutet annonce avoir finalement «décidé d'anticiper (son) départ de 3 semaines».

Ni rémunération, ni délégation de signature

Jean-François Boutet étant par ailleurs avocat accrédité à la Cour de cassation et au Conseil d'Etat, le député UMP Yannick Moreau avait interpellé Christiane Taubira sur un possible «conflit d'intérêt» de son conseiller en janvier lors d'une séance de questions au gouvernement, puis par une question écrite.

Dans un communiqué ce vendredi, Yannick Moreau a indiqué avoir «écrit au président de la République pour lui demander de mettre un terme à ce conflit d'intérêt qui nuit à la crédibilité de l'Etat et de l'autorité publique».

Jean-François Boutet, de son côté, explique dans son texte n'avoir «accepté les fonctions ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le samedi 14 juin 2014 à 12:51

    Gui gnols et com pagnie

  • fbordach le samedi 14 juin 2014 à 09:54

    Mince alors, même dans le camp des justes et des vertueux il y aurait des gens malhonnêtes ou manquant d'intégrité! On nous aurait menti...

  • M898407 le samedi 14 juin 2014 à 09:02

    Il était grand temps...