Accusations de Bourgi : l'enquête classée sans suite

le
1
Le parquet de Paris a estimé que les allégations de Robert Bourgi, qui affirmait avoir transporté des mallettes d'argent au profit de Jacques Chirac et Dominique de Villepin, ne sont confortées par aucun élément de preuve.

Le 11 septembre dernier, Robert Bourgi, ancien conseiller officieux de l'Elysée, affirmait avoir transporté des valises remplies d'argent en provenance de chefs d'Etats africains au profit de l'ancien président Jacques Chirac et de son premier ministre, Dominique de Villepin. Mercredi, le parquet de Paris, qui avait ouvert une enquête à la suite de ces déclarations, a décidé de classer l'affaire sans suite. Les allégations de Robert Bourgi, entendu par la police le 22 septembre, ne peuvent en effet pas être confortées par un quelconque élément de preuve susceptible de motiver des investigations. Le principal intéressé avait d'ailleurs concédé sur Europe 1, le 12 septembre, n'avoir «aucune preuve» de ce qu'il avançait.

Selon le parquet, si ces remises de fonds étaient avérées, l'infraction qu'elles constitueraient serait prescrite en raison de la période à laquelle elles sont supposées s'être produites (1997-2005). Il en va de même pour les accusations que Ro

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • georg199 le mercredi 16 nov 2011 à 20:42

    Tiens ? je l'avais parié